"EELV est en état de mort clinique" estime Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Jean-Vincent Placé
Jean-Vincent Placé
©Reuters

Il l'a dit

"EELV est en état de mort clinique" estime Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste

Le parlementaire a également plaidé pour un retour de sa formation politique au gouvernement.

C'est ce que l'on appelle ne pas mâcher ses mots. Jean-Vincent Placé, sénateur EEVL, était l'invité de BFMTV dimanche soir. Interrogé sur les dissensions actuelles au sien de sa formation politique, le parlementaire n'a pas fait dans la dentelle.  "Le parti écologique, tel qu'il est aujourd'hui, est en fin de vie, il est en mort clinique" a-t-il notamment affirmé. "Malgré une idée magnifique" et "des gens intéressants", le parti "avec un système de fonctionnement obsolète, ça ne peut pas marcher".

Interrogé sur une éventuelle entrée au gouvernement, le chef de fil des écologistes au Sénat a de nouveau fait part de son intérêt. "Ce que nous pourrions apporter, c'est d'avoir une constance et une persévérance sur les sujets de transition énergétique".

Alors qu'en mars, le débat sur la circulation alterné a fait rage entre la mairie de Paris et le gouvernement, le parlementaire estime que son parti aurait eu capacité de faire accélérer les choses sur ces sujets. "S'il y avait eu des écologistes au gouvernement, on aurait fait la circulation alternée trois jours plus tôt" plaide-t-il.

Dans l'hypothèse où les écologistes siégeraient au Conseil des ministres, "nous serions plus vigilants et plus directifs" , a-t-il souligné avant de faire appel à la métaphore sportive: "Pour marquer des buts, il vaut mieux être sur le terrain".

"On ne sait pas trop bien pourquoi on est sorti du gouvernement" a encore commenté le sénateur écologiste."C'était une erreur".

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !