"Cabinet noir à l'Elysée" : Hollande dénonce "les allégations mensongères de François Fillon" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Cabinet noir à l'Elysée" : Hollande dénonce "les allégations mensongères de François Fillon"
©IAN LANGSDON / POOL / AFP

Secret d'Etat ?

"Cabinet noir à l'Elysée" : Hollande dénonce "les allégations mensongères de François Fillon"

L'ancien Premier ministre s'appuie sur la sortie d'un livre pour assurer que "François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau."

Machination, complot politique… et désormais cabinet noir. François Fillon en est persuadé, ses déboires judiciaires viennent du plus haut sommet de l'Etat, à l'Elysée. Ce jeudi, dans l'Emission politique, il a directement mis en cause le président de la République, en s'appuyant sur un livre qui "explique comment François Hollande fait remonter toutes les écoutes judiciaires qui l'intéressent à son bureau, ce qui est une illégalité totale (…) On cherchait un cabinet noir, on l'a trouvé, en tout cas à travers ces allégations."

Le livre en question, "Bienvenue Place Beauvau," est signé par deux journalistes du Canard enchainé et sort justement aujourd'hui. "On n'a jamais écrit ça" s'est défendu l'un des auteurs Didier Hassoux, sur France Info. "La seule personne qui croit qu'il y a un cabinet noir à l'Élysée c'est François Fillon. Il y croit tellement que le 24 juin 2014 (...) il est allé voir Jean-Pierre Jouyet, qui est le numéro 2 de l'Élysée, pour lui demander d'activer ce cabinet noir. Ce cabinet noir n'existe pas."

L'Elysée a aussi répondu dans un communiqué acerbe, en condamnant "avec la plus grande fermeté les allégations mensongères de François Fillon" sur France 2. "L'exécutif n'est jamais intervenu dans aucune procédure judiciaire», a ajouté l'Élysée, assurant que «sur les affaires particulièrement graves concernant François Fillon, (...) le président de la République n'en a été informé que par la presse."

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !