"Avec l'affaire Fillon, je l'aurais emporté!" : quand François Hollande se lâche sur la dernière élection présidentielle | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
"Avec l'affaire Fillon, je l'aurais emporté!" : quand François Hollande se lâche sur la dernière élection présidentielle
©REUTERS/Philippe Wojazer

Des regrets ?

"Avec l'affaire Fillon, je l'aurais emporté!" : quand François Hollande se lâche sur la dernière élection présidentielle

D'après un article du Figaro, l'ancien chef de l'Etat est persuadé qu'Emmanuel Macron n'aurait jamais été candidat contre lui, s'il s'était représenté.

Avec des si, on mettrait Paris en bouteille, on referait le monde… et François Hollande serait aujourd’hui à l‘Elysée. C’en tous cas l’intime conviction de ce dernier. Dans un article publié ce vendredi, Le Figaro revient sur les réactions au sein du parti socialiste le jour où Emmanuel Macron s’est officiellement présenté à la présidence de la République, il y a presque un an jour pour jour. "Je l'ai vu se lancer, comme ça, sans aucun passé militant. Il tirait dans le dos de François Hollande. Ça ne m'a pas plu du tout" soutient Marylise Lebranchu, ancienne ministre de la Fonction publique.

D’après l’article, de nombreux cadors du PS n'ont pas voulu prendre au sérieux le projet du marcheur. Mais même avec un Macon déterminé, beaucoup de hollandistes ne voyaient pas l’ancien ministre de l’Economie se dresser face à Hollande si celui-ci annonçait sa candidature. Le président la République lui-même en était convaincu. "Si j'avais brigué un second mandat, Macron n'aurait jamais été candidat contre moi", aurait soufflé Hollande à un visiteur. "Et avec l'affaire Fillon, je l'aurais emporté!".

Moins catégorique, Michel Sapin laisse également transpirer des regrets. "Je reste pour ma part persuadé que s'il avait été candidat les choses ne se seraient pas tout à fait passées comme ça" confie l’ancien homme fort de Bercy.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !