Union européenne : "Attention, Mme Merkel", la mise en garde de Marine Le Pen | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Union européenne : "Attention, Mme Merkel", la mise en garde de Marine Le Pen
©REUTERS/Philippe Wojazer

Tabous allemands

Union européenne : "Attention, Mme Merkel", la mise en garde de Marine Le Pen

Dans un entretien à l'hebdomadaire "Der Spiegel", la présidente du FN attaque de front Angela Merkel et appelle à la destruction de l'Union européenne.

Pour une menace, c’est une menace. Ce lundi Marine Le Pen n’y est pas allée de mains mortes envers Angela Merkel. Forte de ces bons résultats aux élections européennes, la présidente du Front national doit se sentir pousser des ailes. En effet, dans une interview au journal allemand Der Spiegel, la leader frontiste n’y va pas avec le dos de la cuiller et avertit la Chancelière allemande. Titré "Attention, madame Merkel", son entretien est une mise en garde. Selon Marine Le Pen en effet, la politique inspirée par l'Allemagne conduira à "l'explosion de l'Union européenne".  Et celle-ci d’estimer que si "l'Allemagne est devenue le cœur économique de l'Union européenne", "la France est son cœur politique".

Concrètement, Marine Le Pen considère que la politique de la Chancelière "est positive pour l'Allemagne mais malheureusement nuisible pour tous les autres pays". Dans l’hebdomadaire allemand elle ajoute : "Je mets en garde : attention, madame Merkel. Si elle ne voit pas les souffrances des peuples européens, l'Allemagne se fera détester." "Elle veut imposer quelque chose aux autres, cela va conduire à l'explosion de l'Union européenne", poursuit-elle. 

Mais après s'en être prise à Angela Merkel, Marine Le Pen a aussi fortement critiqué le fonctionnement de l'Union Européenne. Après avoir affirmé que "la France" voulait "reprendre son destin en main", la présidente du Front national assure que "l’Europe c’est la guerre" (économique), mais aussi "un monstre antidémocratique". C'est pourquoi, elle indique qu'elle fera son possible pour "éviter qu’il grossisse plus encore". "Je veux détruire l’Union européenne, pas l’Europe", assène-t-elle. De plus, à la question, "Voulez-vous aller à Bruxelles uniquement pour combattre le système ?", Marine Le Pen, eurosceptique convaincue répond : "Et pourquoi pas?" laissant peu de doutes sur ses intentions.

Dans cette interview, celle qui est arrivée en tête aux élections européennes en France avec 25% des suffrages exprimés annonce également qu'elle aura "toute une série d'entretiens" avec d'autres responsables de partis européens et se dit "optimiste" de pouvoir créer un groupe parlementaire avec d'autres partis d'extrême droite et/ou eurosceptiques. Pour exister, un tel groupe doit réunir des partis issus de sept pays différents or cette condition n'est pas encore remplie pour l’instant, le parti britannique Ukip, lui aussi hostile à l'UE, ayant refusé de faire alliance avec le FN. 

Lu sur challenge.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !