La nouvelle (nouvelle) affaire Zemmour | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
La nouvelle (nouvelle) 
affaire Zemmour
©

Lettre ouverte à Angelo Rinaldi

La nouvelle (nouvelle) affaire Zemmour

EXCLUSIF : Lettre ouverte à Angelo Rinaldi. Le prix Richelieu 2011 devait être remis le 7 avril prochain à Eric Zemmour par l'association Défense de la langue française. Mais surprise, le président de DLF, l'académicien Angelo Rinaldi, a démissionné de son poste avec fracas mardi, refusant de remettre le prix au polémiste. Trois membres du jury Richelieu ont décidé de prendre leur plume pour remercier leur président démissionnaire de la magnifique publicité gratuite offerte à DLF... et à Zemmour.

Florence René

Florence René

Quand les diplomates signent sous pseudonyme pour dénoncer l'incurie de la diplomatie française, ils choisissent Rostand ou Marly pour les représenter. Quand des membres du jury du prix Richelieu (qui en compte vingt) choisissent de s'exprimer dans la presse, c'est beaucoup plus humblement à... Florence René qu'ils confient leur plume.

 

Voir la bio »

Monsieur,

Du néant, vous êtes sorti – provisoirement – pour porter haut l’étendard de la bonne conscience universelle, l’étendard sanglant qui vous est cher qui, grâce à vous, s’est levé contre l’indicible, contre l’inadmissible, contre l’intolérablement intolérable. Merci Monsieur Rinaldi pour cette leçon de tolérance qui vous honore ! Nous vous retrouvons bien là, fidèle à votre idéal de chevalier rouge germanopratin, avec peurs et beaucoup de reproches, camarade des luttes intemporelles, commissaire politique des doigts de l’homme, toujours levés pour juger, souvent abaissés pour condamner.

Vous êtes définitivement – definitly comme aurait dit mon Maître Pierre Billon – fidèle à vos engagements de toujours, vous que l’on a vu courageusement aux côtés d’Olivier Besancenot, pour soutenir le lancement intercosmique de son improbable NPA ! Droit dans ses bottes l’Angelo ! Et puis, tiens, camarade, je ne veux pas te faire souffrir plus longtemps, je vais te tutoyer, comme au bon vieux temps, puisque c’est la règle entre anciens combattants.

Oui, vraiment, merci Angelo de t’être élevé avec courage contre cet empêcheur de tourner et de penser en rond qu’est Zemmour. Pas très camarade celui-là ! Pas très catholique non plus d’ailleurs. Dommage qu’il n’y ait plus nos bons vieux camps de rééducation en Sibérie, on lui aurait trouvé une place, pas vrai Angelo mio ?

Vois-tu Angelo, ce qui me fait le plus plaisir, c’est qu’en t’attaquant à cet histrion télévisuel, tu as rendu un fier service à l’association dont tu étais le très récent mais vénérable Président, je veux citer DLF, Défense de la langue française, l’association qui a fêté ses 50 ans il y a peu, qui compte plus de 3 000 membres, et dont 15 de tes collègues immortels de l’Institut siègent au Comité d’honneur. Rien que ça !

Tu lui as rendu un immense service à plus d’un titre. D’abord parce que tu n’en es plus le président, et ça, crois-moi, c’est un cadeau précieux. Un révolutionnaire n’a jamais aimé les titres et les distinctions. Donc tu dois te sentir plus léger. Il ne te reste plus qu’à renvoyer aux oubliettes ton joli petit costume vert qui ne va pas du tout à ton joli teint de pêche et te donne toujours mauvaise mine sur les photos où tu poses si délicatement avec tes meilleurs amis si chers à ton cœur d’esthète et à ton âme de petit enfant.

Tu as rendu également un fier service à DLF en organisant une formidable campagne de communication à peu de frais, pour cette association qui manque de moyens. Vraiment, c’est très délicat de ta part, et ce geste plein de noblesse a touché le cœur de tout le monde au sein de tes nouveaux-anciens amis. En plus, et je reconnais là toute ta finesse et ta délicatesse, tu as organisé ça sans les prévenir, dans leur dos (question d’habitude sans doute).

La classe internationale sur ce coup-là Angelo. L’élégance suprême !

Maintenant, tous les amoureux de notre belle langue française savent quoi faire pour soutenir notre combat et vont certainement adhérer en masse à DLF. Nous partîmes 500 et par un prompt renfort, nous nous vîmes 3000 en arrivant au port.  

Merci Rinaldi ! Bingo Angelo ! Un cadeau de départ sans aucun doute, une surprise pour que l’on ne t’oublie jamais.

Rassure-toi, Angelo, nous ne t'oublierons pas.

Les Français, si.

 

---------------------------------------------------------

Droit de réponse de l'association Défense de la langue française

"-       L’association Défense de la langue française rappelle son attachement aux valeurs de respect, de mesure et de neutralité qui président à l’action de ses administrateurs depuis plus de cinquante ans.

-       Elle s’attriste de ce que de tels propos soient tenus en son nom, propos totalement contraires aux valeurs que ses membres souhaitent faire partager.

-       Elle affirme sa totale opposition quant au contenu, aux termes et au ton, agressifs et méchants, de cet article et quant à sa démarche anonyme, symbole parfait de la lâcheté de ses auteurs.

-       Elle émet les plus grands doutes sur la soi-disant qualité de membres du jury du prix Richelieu des auteurs.

-       Elle demande enfin aux auteurs de faire retirer ce texte sans fondement et espère que des articles plus conformes à la réalité des actions de DLF paraîtront à l’avenir sur le site ATLANTICO/sur l’internet.

Marceau Déchamps pour le bureau de Défense de la langue française"

 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !