Yves Weisselberger – SnapCar : "On se retrouve avec un texte décidé par les taxis, c'est inacceptable !" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Un texte présenté il y a dix jours demande aux chauffeurs privés de faire patienter pendant 15 minutes les clients pour ne pas porter préjudice aux taxis.
Un texte présenté il y a dix jours demande aux chauffeurs privés de faire patienter pendant 15 minutes les clients pour ne pas porter préjudice aux taxis.
©Reuters

L'interview Atlantico Business

Yves Weisselberger – SnapCar : "On se retrouve avec un texte décidé par les taxis, c'est inacceptable !"

Depuis que le gouvernement a décidé de réguler la concurrence entre taxis et VTC (Voiture de tourisme avec chauffeur), rien ne va plus. En cause, un texte présenté il y a dix jours qui demande aux chauffeurs privés de faire patienter pendant 15 minutes les clients pour ne pas porter préjudice aux taxis. Depuis, les pétitions en ligne s’enchainent et un mouvement a vu le jour : les dodos. Pour Yves Weisselberger le dirigeant de SnapCar, une de ces sociétés de VTC, ce texte est inacceptable et peut déstabiliser son activité. Le patron dénonce également une réécriture du texte sous la pression des taxis.

Les ministres en charge du projet, Manuel Valls et Sylvie Pinel, ont parlé d'un "dispositif équilibré". Que pensez-vous de ce texte ?

Je suis évidemment en total désaccord avec cela. Il y a dix jours, les sociétés de VTC, sommes convoqués à Bercy quelques heures après les taxis pour la présentation du projet. Ce jour-là, on nous présente un texte acceptable pour les deux parties puisqu'il invoque une obligation de réserver un VTC, ce que nous ne contestons pas. Le texte disait aussi que le délai entre la commande et la prise en charge du passager devait être de 15 minutes sauf si on est abonné au service depuis plus de 24 heures. Sauf que les choses se sont enchainées très vite, puisque le soir même et le lendemain, les taxis ont menacé et ont vraisemblablement fait pression sur le gouvernement à tel point que ce dernier publie dans la foulée un nouveau texte dans lequel le délai de 15 minutes se généralise à l'ensemble des usagers, hors hôtels et salons professionnelles. On se retrouve donc avec un texte décidé par les taxis, c'est complètement inacceptable.

Ce fameux délai de 15 minutes, peut-il mettre en péril votre activité ?

Un des éléments fondamentaux de la valeur de SnapCar, c'est la possibilité de servir le client rapidement. En contraignant des sociétés, qui peuvent servir vite et bien leurs clients, à le faire lentement, on diminue de manière importante notre compétitivité. On ne perdra pas tous nos clients c'est sûr et j'espère qu'ils accepteront nos délais. Il y a cependant des clients pour lesquels la rapidité est le facteur principal, et ceux-là, on les perdra. C'est un peu comme si on vous forçait à courir un 100 mètres avec un boulet au pied. Je ne dis pas que l'on ne peut pas courir mais ça ralentit quand même. J'ajoute aussi qu'il y a une catégorie de clientèle importante, ce sont les entreprises. Quand elles signent avec nous, elles ont le choix entre les abonnements luxueux de la G7 ou SnapCar et autres à travers une grille évaluant le prix, la qualité etc... C'est évident que l'on perdra des points sur la rapidité. Des clients qui auraient pu signer ne signeront pas.

Concrètement, comment allez-vous mettre en place ce délais de 15 minutes ?

C'est une question que l'on se pose. Ce texte, indépendamment du fait qu'il est absurde dans sons sens, est aussi très difficile à exécuter. Admettons que l'on veuille respecter ce délai, comment on fait ? On ne va pas nécessairement demander à nos chauffeurs d'arriver moins vite qu'ils pourraient ! On ne va pas non plus vous empêcher de monter dans la voiture ! Donc on va dire à nous clients que, si leur chauffeur arrive au bout de 10 minutes par exemple, on ne fera patienter personne. Alors oui, probablement qu'on les laissera monter et on sera potentiellement limite si on travail dans cette façon. On voit clairement que nous ne sommes pas face à un texte qui vise à régir les domaines et les conditions de la concurrence entre taxis et VTC. On est en présence d'un texte qui, au contraire, vise à rendre l'un des deux non compétitif. Je crois que c'est une première législative dans ce pays, on force artificiellement un secteur professionnel à servir ses clients lentement. C'est quand même assez étrange.

Propos recueillis par Julien Gagliardi

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !