Western au PS : le Bon, la Brute et le Truand ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Didier Migaud, Claude Bartolone et Jérôme Cahuzac sont devenues les cibles à abattre.
Didier Migaud, Claude Bartolone et Jérôme Cahuzac sont devenues les cibles à abattre.
©DR

Poum, poum, poum…

Western au PS : le Bon, la Brute et le Truand !

Les cibles sont identifiées : Didier Migaud, Claude Bartolone et Jérôme Cahuzac. Mais les colts qui les visent sont chargés à blanc.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Tous les trois font « ch… » pour reprendre une expression chère à Montebourg. Chacun dans un registre différent. Ah s’ils pouvaient se taire ! Ah si M.Migaud, socialiste, président de la Cour des comptes, avait pu s’abstenir de dire dans un très sérieux rapport que la politique du gouvernement allait dans le mur et qu’en 2013 la France serait en récession démentant sèchement les lénifiantes incantations de MM. Ayrault et Moscovici… Ah si Claude Bartolone, président socialiste de l’Assemblée nationale, avait eu le bon goût de saluer la « moralisation » préconisée par MM. Hollande et Ayrault au lieu de la qualifier de « populiste » et d’accuser les sus-nommés de nous mener vers une « démocratie paparazzi »… Ah si Jérôme Cahuzac s’était contenté d’un simple communiqué pour annoncer qu’il abandonnait son poste de député plutôt que de passer une heure à la télé pour balancer une phrase taillée dans l’acier dont on fait les poignards « j’ignore ce que François Hollande savait ou ne savait pas » (en français simple ça veut dire « a bon entendeur salut ! »)…

Bien sûr tous ceux qui connaissent les traditions agitées et turbulentes du PS savent que dans ce parti la parole est plus libre, plus décomplexée qu’ailleurs. Non, les dirigeants et les députés socialistes n’ont pas le petit doigt sur la couture du pantalon quand Hollande ou Ayrault énoncent quelques énormités. Et ceux qui ont encore de la tendresse pour ce parti, qui fût grand, soutiennent que c’est quand même préférable que le silence qui régnait dans les rangs du temps du despote Sarkozy.

Certes. Mais quand même la situation du pouvoir actuel n’est pas sans ressemblance avec celle du Titanic. Le Président de la République est si bas dans les sondages que s’il continue à dégringoler il descendra quasiment sous terre où il trouvera peut-être du gaz de schiste… Ça vaudrait au moins qu’on lui lance une bouée de sauvetage.

Et bien non. Didier Migaud et Claude Bartolone, et c’est tout à leur honneur, disent leur vérité qui est la vérité. Jérôme Cahuzac, lui, est dans un cas différent. Il dit sa vérité qui n’est pas nécessairement - loin s’en faut- la vérité. Mais cet homme piétiné, humilié, vilipendé par les siens, comme nul ne le fut jamais de mémoire des scandales de la République, a une vengeance à assouvir.

Voilà donc ciblés les méchants, les hommes à abattre, c’est-à-dire à faire taire. Le Bon car vertueux (Migaud), la Brute parce qu’il gueule fort (Bartolone) et le Truand (Cahuzac). Mais il n’est pas sûr que MM. Hollande et Ayrault soit très habiles dans l’art du western. Ils visent comme des nuls et de peur de se tirer une balle dans le pied leurs pistolets sont chargés à blanc. Les Italiens ont eu leurs westerns-spaghettis et quelqu’uns furent grandioses. Avec le Président de la République et son Premier ministre nous auront au mieux un « western-coquillette »…

S’agissant de Jérôme Cahuzac l’affaire est, cinématographiquement parlant, plus complexe. L’ex-ministre du Budget est L’homme qui en savait trop. Il faudrait dans son cas le talent et le génie d’Hitchcock. Aucune ressemblance possible avec François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !