Wanted : Angela Merkel, la chancelière fait-elle payer à l'Europe du Sud un complexe lié à ses origines est-allemandes ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Wanted : Angela Merkel, 
la chancelière fait-elle payer 
à l'Europe du Sud un complexe 
lié à ses origines est-allemandes ?
©

Profiling

Wanted : Angela Merkel, la chancelière fait-elle payer à l'Europe du Sud un complexe lié à ses origines est-allemandes ?

Quelle est cette hostilité qui anime la chancelière Merkel envers les Grecs ? La même que les Wessies d'Allemagne de l'ouest alimentait envers les Ossies de l'est. Seulement oublierait-elle un peu vite la part Ossi de ses origines ? Suite du profiling... (Episode 2/3)

Pascal Ordonneau

Pascal Ordonneau

Pascal Ordonneau est l'ancien patron du marketing chez Citibank, ancien Directeur général des groupes Crédit Lyonnais et HSBC.

Il a notamment publié La désillusion, abécédaire décalé et critique de la banque et de la finance, paru aux éditions Jacques Flament en 2011.  Il publie également "Au pays de l'eau et des dieux"

Il tient également un blog évoquant les questions économiques et financières.

 

Voir la bio »

L’enquête des Profileurs a immédiatement porté l’investigation sur les raisons de l’hostilité de La Chancelière à l’égard des Grecs. Tant d’hostilité à l’égard de gens qui ne lui avaient rien fait et à l’égard desquels elle n’avait jamais manifesté un quelconque sentiment ! Bien sûr, cette hostilité n’était pas infondée. Voilà que des cigales prétendaient à l’aide des Fourmis. Histoire banale ! Banale réaction de la fourmi. Ils veulent de l’aide ? Qu’ils commencent par s’aider. Ils veulent de l’argent, qu’ils commencent par épargner. Ils veulent vivre alors que leur pays ne le permet pas, qu’ils aillent trouver du travail de par la vaste Europe, en Allemagne par exemple. De l’Ouest ou de l’Est ! (Episode 2/3....Retrouvez l'épisode 1 ici)

De l’Est ! Le voile se déchire.

Pourquoi diable, La Chancelière de l’Allemagne a-t-elle, dans son franc-parler, associé Grèce et Allemagne de l’Est ? Rigueur, austérité, travail, sont ses maîtres-mots. Et dans son for intérieur, qui devient vite extérieur tant elle est transparente, elle les refuse aux Grecs. Elle n’y croit pas. Alors que dans le même mouvement elle leur intime d’y croire.

C’est là que le discours est biaisé. Inconsciemment, la Chancelière, invectivant les Grecs et leur déniant les facultés de sérieux, de loyauté, de travail, répète sa propre histoire. Elle est emportée dans un drame psychiatrique grave. Il n’y a pas si longtemps, elle n’était qu’une « grecque paresseuse, incompétente et improductive », jouisseuse même, sécurité sociale à gogo, équipements publics pour tout le monde. Elle n’était qu’une Ossi, une Allemande de l’Est, l’équivalent d’une Grecque pour les Wessi, les Allemands de l’Ouest.

Nos enquêteurs ont écouté de nombreux psychologues. Tous sont formels. Angela Merkel, se drape dans la toge austère, sérieuse et laborieuse pour détourner les regards ironiques et méprisants des Wessi. Les invectives à l’égard des Grecs sont très précisément une névrose du retournement. Elle leur dénie, ce qu’on lui déniait et pense par un mouvement dialectico-psychanalytique, pouvoir se faire oublier en tant qu’Ossi aux yeux des Wessis. Sartre l’avait à peu prés bien dit « on n’est pas Ossi par nature, on le devient sous le regard des Wessi .»

Plus grave, les déclarations de La Chancelière le montrent :

Elle est tentée par un blocage et par son contraire, une généralisation.

Blocage : la Grèce aurait reçu 250 milliards d’euro. Or, la Grèce présente très exactement toutes les caractéristiques de l’Allemagne de l’Est lors de la réunification. Population d’assistés, truqueurs et hypocrites, profitant de l’Etat d’un coté et en sous-main s’efforçant de le contourner. Même nombre d’habitants ! Les deux pays sont à peu près la même chose avec, pour la Grèce, du soleil et quelques Iles en plus. Or, en l’espace de 10 ans, l’ex-Allemagne de l’Est avait reçu 1500 milliards d’euros ! La Chancelière sait parfaitement que si elle lâche un sou, les Wessi vont venir lui dire qu’elle aide ses copains, les paresseux, les gars qui prennent du bon temps, comme autrefois en Allemagne de l’Est. Ils vont lui dire qu’elle a pris l’habitude de taper les Wessi et qu’à peine fini en Allemagne de l’Est, elle se prépare à recommencer pour ses copains grecs et les autres après.

Généralisation : La Chancelière est convaincue que tous les occidentaux la regardent comme une Ossi. François Hollande, par exemple, lui a demandé récemment si la vie en Allemagne de l’Est n’avait pas été une épreuve épouvantable. Même Hollande la prend pour une Ossi. Avant c’était cette moitié de Hongrois de Sarkozy qui faisait le malin. (« Moi, mes parents ont réussi à s’échapper). C’est pourquoi elle est si dure avec les Français. Elle s’attend toujours à ce que l’un d’entre eux lui parle comme si elle était une Ossi.

Les troubles du comportement d’Angela Merkel

Nos profileurs considèrent qu’ils sont à un niveau très grave même pour un Serial Politiker.

Sa situation personnelle en tant qu’Ossi qui ne s’accepte plus et anathémise tous ceux qui, en Europe, en auraient le profil est soumise à une pression dramatique. Tous les observateurs allemands concordent sur un point délicat : ses maris. Ils sont tous les deux Ossi. Le premier, l’était logiquement, puisque le couple était Est-allemand. Mais le deuxième ? Lorsqu’elle l’épouse, l’Allemagne est unie. Pourquoi n’est-elle pas aller trouver un Wessi et, par le mariage, se fondre dans la masse ? En France, on dit que les ducs font les duchesses. En Allemagne, les Wessi (hommes) font peut-être des Wessi (femmes). A-t-elle été écartée du grand marché allemand  de l’amour parce qu’elle était Ossi ? S’est-elle ainsi trouvée ostracisée, ghettoïsée, ségréguée ? Lui a-t-il fallu, quoiqu’elle ait désiré, se « contenter » d’un Ossi ?

En tant que profileurs, c’est une donnée que nous jugeons essentielle. Nous pensons que cela a bien été le cas et qu’elle en souffre atrocement.

Ses études et sa vie professionnelle.

La Chancelière était une spécialiste de la physique quantique. C’est une physique très particulière puisqu’elle dit que quand on sait la vitesse d’un élément, on ne peut savoir où il est et inversement. C’est le règne absolu de l’incertitude. Il faudra en tenir compte dans la compréhension de ce qu’elle pourrait entreprendre dans le futur. A l’ambigüité de son statut d’Ossi qui se refuse à l’être, il faut ajouter l’ambigüité de son parcours professionnel, elle a excellé dans un domaine où, par définition, règne l’absolu incertitude sur le statut des choses et, par conséquent, des êtres.

Comment un être apparemment solide et mentalement bien structuré a-t-il pu vivre dans l’ambiguïté absolue, telle un marrane des temps modernes. Il faut dire ici un mot du spectacle que son père offrait à ses yeux d’enfant puis d’adolescente. Son père était Pasteur, d’une famille de l’Est. Il était toléré par le Régime communiste car, délaissant les contingences de ce bas monde, il ne considérait que les voies du Seigneur. En France, longtemps cela a été aussi le job des religieux de faire lever le nez de leurs paroissiens vers le ciel pour qu’ils ne se rendent pas compte de leurs conditions de vie. Mais, elle la future Chancelière… elle voyait. C’est alors qu’elle a adopté la stratégie paternelle, qui, pour elle, a consisté à aller faire du « quantique ». Regarder danser les particules et faire des tas de pirouettes incertaines plutôt que d’avoir à regarder la vie de tous les jours, avec sa Stasi, ses statues de Staline et les files d’attente devant les magasins d’alimentation.

On comprend pourquoi la haine du Grec n’est pas loin .C’est grave car cette haine, on le voit bien, reflète souterrainement le sentiment de honte qu’elle se porte à elle-même en tant qu’Ossi. Elle se nourrit aussi du mépris qu’elle porte aux Wessi, ces cousins qui ont fait fortune et qui la regarde toujours comme une Ossi. Un tribunal allemand a même été obligé de taper du poing sur la table en jugeant que « les Ossi ne sont pas une ethnie à part » ! « Ethnie à part »…. !

La Chancelière, il faut le craindre, la crise se développant et prenant des allures de drame, risque de voir déborder, sans pouvoir psychologiquement s’y opposer, tous les fantômes qui l’habitent. Les conséquences seraient folles.

(à suivre demain...)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !