Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes

Avancées génétiques

Vous vous croyez "Français de souche" ? Eh bien ça se soigne…

Un biologiste de renom vient de mettre au point une thérapie pour se guérir de cette nauséabonde hallucination. Une découverte de premier plan.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le professeur Didier Raoult est un généticien de renom. Il enseigne à Marseille. Et la qualité de ses travaux lui vaut de tenir régulièrement une chronique santé au Point. Sa dernière livraison porte comme titre « Le Français de souche n’existe pas ». On ignore si ce texte est labélisé « santé ».

Pour commencer il affirme que « la France est une variable géographiquement instable, un mythe ».Nombreux sont les imbéciles qui croient à ce mythe. C’est, n’en doutons pas, à eux qu’est destiné le texte du professeur Raoult. La France n’existant pas, ou n’existant qu’en tant que mythe, on imagine bien ce qu’il en est du « Français de souche »…

C’est, toujours selon cet excellent généticien, une pure invention, une hallucination collective. Pour ceux qui sont atteint par ce syndrome le professeur Raoult a mis au point une thérapie dont il a consenti à nous livrer le secret. Une méthode assez simple qui a quelques proximités avec la méthode Coué.

Il suffit donc, d’après le docteur Diafoirus (pardon le professeur Raoult) de répéter inlassablement quelques évidences. « La France est constitué d’un mélange de trois grands groupes d’hominiens archaïques : Néandertal, Cro-Magnon et l’homme de Denisova, originaire de Sibérie, dont les gènes nous ont peut-être été apportés par les Huns ». Conclusion enthousiaste du généticien : « dans tous les cas le métissage est généralisé ». A ce stade de la démonstration on ne peut que regretter que le professeur Raoult n’ait pas évoqué notre bonne  vieille Lucy, née et morte en Afrique. Voilà qui aurait mis un peu de couleur dans son propos.

Saviez vous, vous qu’une de vos ancêtres Néandertal avait fait des choses que la morale réprouve avec un Cro-Magnon ? Et avez-vous imaginé qu’une femme de Denisova s’était jetée comme une bête sur le pauvre corps d’un de vos ancêtres Cro-Magnon ? Eh bien maintenant vous le savez ! Mettez vous bien ça dans la tête et cessez de vous gargariser avec le mot  « Français ».

La suite des prescriptions du professeur Raoult est beaucoup moins excitante pour l’esprit. Pour la bonne raison qu’on l’entend partout, depuis longtemps et jusqu’à plus soif. Le généticien énumère donc sans grande originalité tous les envahisseurs qui sont passés chez nous et qui ont contribué à enrichir notre démographie : Celtes, Germains, Romains, Huns, Arabes (ils ne sont pas tous morts à Poitiers). De savoir que vous avez du sang huns dans les veines ça vous fait quoi ? Attention de ne pas vous prendre pour Attila !

Donc pas de « Français de souche ». Et même pas de Français du tout. Mais alors pourquoi sont-ils si nombreux ceux qui nous traitent de « sales Français » ? Le galimatias du professeur Raoult n’est qu’un lever de rideau pour sa conclusion à laquelle il semble beaucoup tenir, même si elle s’éloigne de la génétique, sa spécialité.

« Je redoute que le terme « Français de souche » ne serve qu’à exclure ceux que l’on ne veut pas comme Français… » Et là on s’interroge. Le professeur Raoult fait-il allusion aux Anglais qui viennent s ‘installer si nombreux dans le Périgord ? Aux Hollandais qui essaiment dans l’Ardèche ? Aux Polonais qui viennent ici pour travailler et qui, souvent, ne repartent pas car ils s’y trouvent bien ? Aux Portugais, aux Espagnols, aux Italiens ? Nous attendons avec impatience la prochaine chronique du professeur Raoult pour connaître la réponse.

 

PS : Inspiré par les travaux du généticien je suggère que lors des prochaines manifestations conspuant Marine Le Pen l’habituel et ronronnant « nous sommes tous des enfants d’immigrés » soit remplacé par « nous sommes tous des enfants de Cro-Magnon ». Ca, ça aura de l’allure.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !