Vous prévoyez des vacances en Méditerranée ? Méfiez-vous de ce poisson qui fait fuir les requins… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Vous prévoyez des vacances en Méditerranée ? Méfiez-vous de ce poisson qui fait fuir les requins…
©Wikimedia Commons

Hakuna Matata

Vous prévoyez des vacances en Méditerranée ? Méfiez-vous de ce poisson qui fait fuir les requins…

Le poisson-lion, également appelé pterois, a déjà fait beaucoup de dégâts dans les Caraïbes.

Ne vous fiez pas à ses jolies couleurs et à sa lente allure. Si une seule de ses longues épines venimeuses vous pique, vous seriez en danger de mort. Malheureusement, vous risquez de croiser ce spécimen plus souvent dorénavant, car le poisson-lion est en train de coloniser la mer Méditerranée, rapporteThe Independent.

Né dans le sud de l'Océan Pacifique, le poisson-lion a ensuite été introduit dans la mer des Caraïbes. Une décision par la suite amèrement regrettée par les protecteurs de la faune sous-marine locale, qui voient en cette rascasse une véritable menace pour l'écosystème et la biodiversité car elle ne connait aucun prédateur, les requins n'osant pas s'y attaquer en raison de ses épines. À Cuba, un tournoi de pêche annuel a même été organisé afin d'endiguer leur progression.

Après les Caraïbes, la Méditerranée

Des difficultés auxquelles vont être confrontés les pays du bassin méditerranéen puisque quelques spécimens ont été repérés au large de la Turquie et de Chypre par des observateurs de l'Union internationale pour la protection de la nature (UICN). "Cela indique que le poisson-lion se répand, ce qui est une source d'inquiétude", a prévenu Maria del Mar Otero de l'UICN à AFP.

Ce poisson aurait "des conséquences lourdes sur l'environnement, mais également sur l'économie locale" vivant de la pêche, a rappelé le biologiste marin Carlos Gimenez de l'Institut chypriote.

Sans parler des dangers pour l'homme que cela représente. En mai 2016, un vieil homme avait été victime d'une piqûre de poisson-lion sur une plage au Pays de Galles. Pris de vomissements, de paralysie respiratoire et de gonflements, il avait été conduit à l'hôpital en urgence. En 1927, un pêcheur avait même perdu la vie à la suite d'une piqûre, selon la Société d'étude britannique sur la vie marine.

Pas dangereux dans l'assiette

En revanche, lorsque l'on lui ôte ses longues épines, le poisson-lion est un mets de choix, notamment très apprécié au Japon. Tandis que la Colombie et les Bahamas encouragent sa pêche, la chaîne de distribution alimentaire américaine Whole Foods a affirmé dans les colonnes de Civil Eats en avril 2016 que le poisson-lion devrait être présent sur ses étals dans les six prochains mois afin de participer à la réduction de sa population.

Enfin, selon Slate, certains restaurants ont même passé le pas, en proposant du poisson-lion au menu, comme le Norman's Cay, établissement new-yorkais de spécialités caribéennes. Reste à convaincre les restaurateurs méditerranéens de faire de même.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !