Vous passerez bien dîner à la maison... au milieu de l’Atlantique ! Ces millionnaires qui se bousculent pour acheter des appartements sur des paquebots de luxe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
La nouvelle mode : habiter sur un paquebot de luxe.
La nouvelle mode : habiter sur un paquebot de luxe.
©D.R.

Le paradis sur mer

Vous passerez bien dîner à la maison... au milieu de l’Atlantique ! Ces millionnaires qui se bousculent pour acheter des appartements sur des paquebots de luxe

Des clients fortunés s'installent à bord de monstres des mers, non pas pour une croisière, mais pour y résider de manière régulière.

Se la couler douce, au fil de l’eau, des océans et des continents, sans jamais quitter sa spacieuse maison. Au-delà du rêve et du fantasme de certains, ce choix de vie luxueux devient possible à bord de géants des mers, comme le bateau "Le Monde", qui aura bientôt deux concurrents, "L’Utopia" et "La Marquette". 

Ces bateaux résidentiels attirent une clientèle d’ultras privilégiés, pour qui l’argent n’est pas une source d’ennuis. C’est le cas de Mark et de Deb Bennett, qui témoignent de leur expérience sur le site du Wall Street Journal. Entre 2011 et 2012, leur "maison" a navigué sur tous les continents. Ils possèdent en effet l’une des 165 résidences du paquebot. Une résidence plus que huppée, car le prix des appartements oscilleraient entre 700 000 et….10 millions de dollars.

Mais la vie est-elle pour autant synonyme de "fête" permanente ? Ou bien au contraire, s’y ennuie-t-on ferme ? Il s’agit d’une question de point de vue et de choix. Quoiqu’il en soit, le couple Bennet a au moins la possibilité de casser la routine pour se restaurer : pas moins de six établissements proposent à bord du plus vieux bateau de luxe résidentiel, lancé en 2002, leurs menus. Ce qui ressort des autres témoignages de ces résidents hors du commun, c’est tout d’abord la facilité de vie, le changement de décor permanent, le monde à portée de cabine…Et comme tout bon voisinage qui se respecte, un esprit de communauté apparaît. Pour entretenir les liens entre résidents, des événements sont organisés. Les autres jours, "normaux",c’est presque la vie de Monsieur et Madame Toutelemonde, Les résidents travaillent à distance. La majorité (tout de même) a en effet conservé une activité sur la terre ferme, ou un domicile. Par ailleurs, ce choix de domiciliation n’a rien d’une évasion vers un paradis…fiscal. Les habitants restent soumis aux impôts de leurs pays d’origine.

Après ce tour du "Monde", place à "L’Utopia", qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Encore en train d’être façonné, ce projet gigantesque verra le jour d’ici trois ans. Ce sera le plus gros vaisseau de luxe au monde, considéré comme une île flottante. Son prix lui, est vertigineux : plus d’un milliard de dollars…Ses plus de 200 appartements sont déjà en prévente, et 80 auraient déjà trouvé preneurs…Casino, magasins de luxe, clinique et cabinet de chirurgie esthétique…Tout sera démesuré dans ce projet pharaonique dont le chantier a débuté en 2008.

Quant au "Marquette", son projet est encore plus…utopiste. Lui aussi, comme une course au toujours plus, revendique(ra) la place de plus grand et gros bateau de luxe résidentiel. Le futur est de mise car, dans ce projet beaucoup moins onéreux – "seulement" 110 millions de dollars –, la construction ne débutera qu’une fois que 90% de la somme aura été collectée, c’est-à-dire lorsque les gens auront payé leur futur appartement avec vue sur la mer…Le bateau, qui pourra accueillir 400 personnes, naviguera dans les rivières du nord des États-Unis l’été, et dans les rivières du Sud l’hiver. Un golf de 18 trous, une épicerie et jacuzzis devraient agrémenter le cours des journées, lorsque la Marquette remontera le cours des rivières.

Si l'avantage est indéniable pour ceux qui résident à l’intérieur de ces vaisseaux, avec vue, confort, et tout ce qui va avec, la réciproque n'est pas forcément de mise pour ceux qui aperçoivent ces "immeubles" longer leurs côtes. Des "monstres" un peu monstrueux en somme. Et, à force de trop s'en approcher, les risques de finir comme le Costa Concordia ne sont pas nuls. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !