Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
©@UnicefFrance

Image choc

Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !

Elle est très parlante et devrait se passer de commentaires. On la commentera quand même.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L'UNICEF est un organisme dépendant des Nations Unies chargé de la protection de l'enfance. Dans de nombreux pays défavorisés, elle permet à des millions d'enfants de ne pas mourir de faim. Elle bâtit pour eux des écoles et des dispensaires.

Dans les pays riches (la France en fait partie), l'UNICEF se consacre évidemment à d'autres tâches. En France par exemple, elle s'occupe du congé parental. Une affiche de cet organisme réclame une durée égale du congé parental pour les mères et pour les pères. Il s'agit là d'une initiative hautement louable.

Mais elle est illustrée par une image singulière et très connotée. On y voit une femme voilée, ce qui n'est quand même pas le cas de la majorité des Françaises. Mais l'UNICEF France ne tient pas à s'attacher à ce genre de détails…

On comprend mal, ou plutôt on comprend trop bien, pourquoi l'UNICEF a choisi de promouvoir ainsi une partie très minoritaire de la population française. Toutes celles qui ne portent pas le voile – l'écrasante majorité donc – se trouvent ainsi effacées de la réalité française telle que la fabrique et la caricature UNICEF France.

Nous sommes ici en présence d'une simple et sournoise entreprise de désagrégation dont les signes se multiplient ailleurs aussi. L'identité française à laquelle tous – quelles que soient leur origine et leur religion – peuvent souscrire, est niée parce que jugée rétrograde ou réactionnaire.

On s'incline bien bas devant les sympathiques critères ethniques et religieux d'un groupe humain minoritaire. En parallèle, on interdit à la majorité de se réclamer de ses propres critères. On connaît l'argument comme quoi il faudrait flatter les spécificités religieuses des musulmanes, réputées souffrantes et opprimées, pour leur permettre de sortir de leur ressentiment et de s'intégrer à la nation. Il s'agit d'un argument fallacieux et pervers.

L'intégration tant vantée par UNICEF et par nombre d'associations ne marche que dans un sens défini un jour par Martin Hirsch, l'actuel président de l'Assistance Publique (APHP). "Il y aura intégration des musulmans quand les Français de souche appelleront leur fils Mohammed." Nous avons la faiblesse de penser que tout sera plus fraternel quand les musulmans appelleront leur fils Pierre, Paul ou Jacques. Mais ça, c'est peut-être islamophobe… 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !