Vive la Guillotière libre et indépendante ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Des employés de la Ville de Lyon installent des panneaux de signalisation correspondant à la nouvelle limite de vitesse, le 29 mars 2022.
Des employés de la Ville de Lyon installent des panneaux de signalisation correspondant à la nouvelle limite de vitesse, le 29 mars 2022.
©OLIVIER CHASSIGNOLE / AFP

Le pouvoir est au bout de la kalach

Vive la Guillotière libre et indépendante !

La guerre de libération ne fait que commencer...

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

La Guillotière occupée... la Guillotière opprimée... la Guillotière humiliée... la Guillotière enfin libérée ! C’est pour bientôt. De courageux combattants se sont levés là-bas pour mettre fin à "l’occupation" et à la "gestion policière coloniale" de ce "quartier populaire". Et ils ont reçu le soutien sans faille du GALE (groupement antifasciste de Lyon et des environs), des porteurs de valises comme il y en avait pendant la guerre d’Algérie...  

Le GALE dénonce l’oppression coloniale qui veut museler ce quartier, "archipel populaire" entre "le centre bourgeois de la presqu’île et le centre finance". En effet, des brutes policières casquées ont fait irruption à la Guillotière et elles se sont attirées une riposte nécessaire et légitime !   

Plusieurs de ces brutes ont en effet été blessées par des combattants de la liberté. Le GALE met également en cause la "gentrification" du quartier dont serait responsable le maire de Lyon, le pauvre Grégory Doucet.  

On fait disparaître, accuse le GALE, les bars à chicha, les kebabs, etc. pour les remplacer par des boutiques pour bobos. Ainsi, on prive la Guillotière de son âme. Il n’a pas échappé aux militants antifascistes que Darmanin, le représentant de la puissance coloniale, s’est rendu sur place pour montrer qui était le maître. Mais il n’a dû son salut qu’au fait qu’il était protégé par des centaines de brutes policières.  

Nous sommes de tout cœur avec le GALE et les courageux compagnons de la Guillotière et nous souhaitons que soit accordée l’indépendance à ce quartier. Vivre la libre et indépendante Guillotière ! Quand elle sera enfin entièrement souveraine, il faudra un visa pour que les Guillotièriens puissent entrer en France !

À Lire Aussi

Quand à l’Assemblée nationale on fait les pitres, c’est la démocratie qui meurt un peu !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !