Ukraine : quand Poutine montre ses petits (tout petits) muscles… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Face aux sanctions occidentales, le tsar de toutes les Russies a pris des mesures de rétorsion.
Face aux sanctions occidentales, le tsar de toutes les Russies a pris des mesures de rétorsion.
©Reuters

Quel athlète !

Ukraine : quand Poutine montre ses petits (tout petits) muscles…

Face aux sanctions occidentales, le tsar de toutes les Russies a pris des mesures de rétorsion. Elles sont plutôt comiques.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Ah, on allait voir ce qu'on allait voir ! Poutine Le Grand, Poutine Le Fort, Vladimir  Le Terrible, allait faire trembler l'Occident craintif et peureux. Lui seul avait des muscles. Lui seul avait des couilles. Et il allait les montrer les unes et les autres. Et il les a montrés. En interdisant les importations de produits alimentaires en provenance des pays qui ont sanctionné le sien pour son soutien aux séparatistes pro-russes de Donetsk. Il y en a pour des milliards. Et c'est accablant. Surtout pour la Russie. Car ça en dit long sur le délabrement de l'agriculture russe.

Voilà le plus grand pays agricole du monde obligé d'importer de quoi donner un peu à manger à sa population. Voilà le plus grand pays agricole du monde qui faisait venir des millions de tonnes de pommes de Pologne. Oui, des pommes ! Et c'est la Pologne, ex-pays communiste comme la Russie, qui a été la première punie. Les pommes pourtant, ca pousse partout. Mais manifestement pas en Russie. Les producteurs de pommes polonais râlent un peu. Mais la presse de ce pays est pliée en deux de rire. Il demeure cependant que la Russie irrigue l'Europe de son gaz. L'a t-elle coupé en représailles ? A t-elle doublé ou triplé son prix ? Non. Poutine est assurémment téméréraire. Mais il est ni fou ni suicidaire. Car il sait pertinemment que la premiere victime d'une telle mesure serait son pays. Car nul n'ignore, et lui aussi, que l'Europe se mobiliserait alors pour trouver d'autres sources d'approvisonnements energétiques.

Les sanctions économiques et financières de l'Occident, elles, ont frappé la Russie au cœur. Et l'arrêt de toute collaboration pour des grands travaux d'infrastructures… Une coopération bancaire interdite ou limitée, ce qui a mis la bourse de Moscou au plus bas en raison d'une fuite panique des capitaux. La saisie des avoirs financiers de dirigeants russes et des chefs séparatistes (au fait comment font-ils pour avoir tellement d'argent à l'étranger ?)… La Russie a comme monnaie le rouble (et il vaut combien aujourd'hui ?). Mais sans le dollar et sans les euros, elle n'est pas grand-chose.

En France nombre d'imbéciles ont frissonné d'une joie frôlant l'extase quand Poutine a menacé d'envahir en Ukraine. L'anti-américanisme leur tenait lieu de viatique pour un pèlerinage amoureux vers Moscou. Ils ont applaudi quand Poutine a, sans trop de mal, bouffé la Crimée. Leur patriotisme pro-russe devait les inciter à partir là-bas en vacances. C'est très, très bon marché.

Car depuis qu'elle a été détachée de l'Ukraine, la Crimée est une région sinistrée. En témoignent les affiches du syndicat de tourisme local qui, avec de très jolies filles très court vêtues, vous promettent la-bas d'autres felicités que celles que peuvent offrir les vagues de la Mer Noire. C'est, semble t-il, la seule raison qu'on aurait d'aller en Crimée. Pour les pommes il faut aller en Pologne. Là-bas aussi les filles sont jolies. Mais contrairement à la Russie, on ne les exhibe pas comme des putes. 

P.S : Il ne faudrait pas croire pour autant que la Russie est revenue à l'âge de pierre. La preuve : elle dispose de missiles sol air tres sophistiqués. L'un d'entre eux a abattu un avion de la malaysia airlines. 


Affiche publicitaire vantant les atouts de la Crimée.

Et n'oubliez pas : le A-book de Benoît Rayski, Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme, est toujours disponible à la vente sur Atlantico éditions : 

Le gauchisme, cette maladie sénile du communisme

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !