Mon collègue est-il Jekyll ou Hyde ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Mon collègue est-il Jekyll ou Hyde ?
©

Des vertes et des pas mûres !

Mon collègue est-il Jekyll ou Hyde ?

Basculant d'un extrême à l'autre sur la palette des humeurs, le cyclothymique passe pour le lunatique qu'il n'est pas. Et plus encore sur son lieu de travail où il en fait voir de toutes les couleurs à ses collègues.Heureusement, Prentiss Price apprend à ceux qui en souffrent à mieux connaître leur trouble et gérer les deux pôles grâce au "Manuel du cyclothymique". Extraits (2/2).

Prentiss Price

Prentiss Price

Prentiss Price est psychologue au Centre de conseil en développement de carrière à la Georgia Southern University.

Voir la bio »

Les chercheurs ont étudié les effets du trouble bipolaire sur le lieu de travail. Olfson et ses collègues[1] ont découvert que les personnes atteintes de trouble bipolaire sont sept fois plus susceptibles d’être absentes au travail à cause de leur affection. Zwerling et ses collègues[2] ont découvert que les candidats qui révèlent leur trouble bipolaire ont 40 % de chance en moins d’être engagés que les autres. Le trouble bipolaire est également associé à une augmentation des frais médicaux. Simon et Unutzer[3] ont montré que les frais médicaux des personnes souffrant de trouble bipolaire étaient deux fois et demie plus élevés que ceux d’un groupe de comparaison. Quant à l'ensemble de leurs frais de santé mentale, il était vingt fois plus élevé.

Pour ceux qui ont un trouble bipolaire, y compris la cyclothymie, la capacité à fonctionner sur le lieu de travail est parfois compromise. Souvenez-vous que les symptômes dépressifs et hypomaniaques de la cyclothymie incluent une diminution de l’énergie et de la motivation, des problèmes de concentration et de sommeil, de l’agitation et de l’irritabilité. Tous ces « handicaps » vous détournent de votre capacité à accomplir votre travail. Il est normal que vous ayez de temps en temps du mal à réussir ce que vous devez faire et à prendre en charge toutes vos tâches. Face à des symptômes hypomaniaques comme l’irritation, il vous arrive de réagir en prenant à partie vos collègues. Vous êtes plus enclin aux conflits et aux disputes et, parfois, vous récoltez des ennuis parce que vos paroles ont dépassé la mesure.

L’optimisme et le comportement très direct de l’hypomanie peuvent vous pousser à accepter plus de tâches ou de projets que vous ne pouvez en gérer, jusqu’à le regretter et vous en vouloir ensuite. D’un autre côté, l’hypomanie peut aussi être une période plus productive, si vous êtes capable de la gérer convenablement. Il est indispensable pour cela de bien savoir ce que vous pouvez raisonnablement accomplir pendant ces périodes, sans risquer d’être débordé quand vous ne vous sentirez plus hypomaniaque. À cause des symptômes dépressifs, vous aurez sans doute par moment plus de mal à accomplir vos tâches habituelles.

Si la dépression vous fait vous sentir ralenti, épuisé et démotivé, vous aurez peut-être du mal à faire des choses aussi simples que taper un mémo, répondre au téléphone ou à votre courrier électronique, traiter des tâches administratives ou gérer les affaires en cours. À cause de problèmes de concentration, vous aurez du mal à lire et à assimiler les informations, à rester concentré sur une tâche ou à prendre des décisions réfléchies. Vous devrez peut-être aussi combattre des sentiments d’anxiété quant à votre capacité de travail, des inquiétudes sur ce que vos collègues pensent de vous. Dans ces moments, n’exigez pas trop de vous-même. Montrez-vous plutôt patient et admettez que ces sentiments pénibles passeront. Il vous sera utile de noter vos pensées automatiques si vous êtes assailli de pensées négatives.

Le dire ou pas au travail ?

Comme pour la décision de parler à votre famille et à vos amis de votre cyclothymie, révéler votre affection à votre travail est un choix personnel. De nombreux facteurs sont à prendre en compte et il y a des « pour » et des « contre ». Par exemple, certaines personnes choisissent de ne rien dire et trouvent simplement des moyens d’atténuer les effets de leur trouble. D’autres informent quelques collègues en qui ils ont confiance et sans relation d’autorité avec eux dans le cadre professionnel. D’autres encore choisissent de révéler leur trouble à tout le monde, y compris à leur supérieur hiérarchique. Faisons le point sur les avantages et les inconvénients de révéler votre cyclothymie à vos collègues.

_____________________________________

Extraits de Manuel du cyclothymiqueEyrolles (1 septembre 2011)



[1] Olfson, M. et coll., Mental disorders and disability among patients in a primary care group practice,

American Journal of Psychiatry 154 : 1734-40, 1997.

[2] Zwerling, C. et coll., Workforce participation by persons with disabilities : The National Health Interview Survey Disability Supplement, 1994 to 1995, Journal of Occupational Environmental Medecine 44 : 358-64, 2002.

[3] Simon, G. E. et Unutzer, J., Health care utilization and costs among patients treated for bipolar disorder in an insured population, Psychiatric Services 50 : 1303-58, 1999.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !