Associons les jeunes au combat contre la toxicomanie ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Associons les jeunes au combat contre la toxicomanie !
©

Toxicomanie

Associons les jeunes au combat contre la toxicomanie !

L'ancien ministre socialiste de l'Interieur, Daniel Vaillant, a proposé cette semaine de légaliser le cannabis, une idée contre laquelle Jeannette Bougrab, la secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de la vie associative, veut lutter contre la toxicomanie chez les moins de 25 ans en associant les jeunes à ce combat.

Jeannette  Bougrab

Jeannette Bougrab

Jeannette Bougrab, docteur en droit de la Sorbonne, ex-présidente de la Halde et ancienne ministre, est aujourd'hui membre du Conseil d'État. Elle est l'auteur de Ma République se meurt, Maudites et Lettre d'exil qui ont rencontré un grand succès en librairie.

Voir la bio »

La jeunesse est une période d’expérimentations, de découvertes, de développement de sa sensibilité propre au monde ; elle est une période exaltante, mais également transgressive, semée de pièges et d’embûches.

En tant que secrétaire d’Etat à la Jeunesse et à la vie associative, je souhaite protéger les jeunes de leurs propres excès et garantir leur bien-être. Le rajeunissement de l’âge moyen et la généralisation de l’initiation aux substances psycho-actives, licites ou illicites, sont des données alarmantes que j’interprète comme un appel au secours d’une partie de la jeunesse française.

Je refuse d’accepter que des pans entiers de la jeunesse soient fauchés par des accidents de la route trop souvent causés par l’alcool. Je refuse d’accepter que la deuxième cause de mortalité des jeunes de moins de 25 ans soit le suicide, dernier recours contre un mal-être trop souvent dissimulé derrière un usage abusif de substances psycho actives.

Convaincue que le canal de communication le plus efficace est celui de la prévention par les pairs, j’ai choisi d’associer les jeunes qui le souhaitent à mon combat contre la toxicomanie et les pratiques addictives.

Chaque année, environ 150 000 personnes interviennent auprès de 4 millions d’enfants et d’adolescents dans les accueils collectifs de mineurs (ACM). Chaque année, près de 50 000 personnes obtiennent un BAFA et 4 800 des brevets professionnels, diplômes d’Etat et diplômes d’Etat supérieur de la jeunesse, de l’éducation populaire et du sport. La plupart d’entre eux sont des jeunes.

Par leur nombre et la qualité des relations qu’ils peuvent instaurer avec les mineurs pendant le temps privilégié des vacances et des loisirs, période de découverte, les animateurs représentent un véritable levier en matière de prévention.

Le ministère va donc prendre un décret afin de fixer un module de formation et de sensibilisation à la prévention des conduites addictives pour que cette compétence soit inscrite dans les diplômes et les formations qualifiantes des animateurs. En parallèle, des actions de prévention seront proposées en milieu de loisirs par les acteurs associatifs du champ jeunesse et éducation populaire.

Ces jeunes, qui ont choisi de consacrer une partie de leur temps à la transmission et au partage, pourront ainsi jouer un rôle d’ambassadeurs auprès des plus jeunes et des plus vulnérables qu’eux.

C’est aussi ce qui est proposé par le Service Civique, créé par la loi du 10 mars 2010. Les jeunes peuvent dorénavant, grâce à ce dispositif, mener une mission philanthropique, éducative, scientifique, sociale, humanitaire, sportive ou culturelle. Ceux qui le souhaitent peuvent à présent effectuer cette mission auprès des Brigades de prévention de la délinquance juvénile et y conduire des actions de sensibilisation à destination d’un public de jeunes mineurs.

Là encore, ce dispositif permet à des jeunes de s’adresser à d’autres jeunes, ce qui constitue le canal de prévention le plus efficace à mes yeux.

Je crois donc que c’est la prévention, la prévention par les pairs, qui doit être privilégiée dans cette lutte contre les addictions et les toxicomanies. Lutte qu’il est de notre responsabilité de mener pour que, plus jamais, aucun jeune ne soit privé de ce que devrait être sa jeunesse : un mélange de créativité, d’énergie et de désir, mis au service de la réinvention du monde de demain.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !