Face à la crise, le touriste français s'adapte... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Face à la crise, 
le touriste français s'adapte...
©

Vacances

Face à la crise, le touriste français s'adapte...

Crise économique, révolution du monde arabe, catastrophe de Fukushima : l'actualité n'a pas épargné le tourisme cette année. État des lieux des destinations favorites des Français.

Georges  Colson

Georges Colson

Georges Colson est président du Syndicat national des agences de voyages (SNAV) et du Conseil de surveillance de Voyages FRAM

Voir la bio »

Atlantico : Quelles sont les destinations privilégiées des Français pour leurs vacances à l'étranger ?

Georges Coulson : Les destinations des Français ont évolué cette année. La situation géopolitique depuis janvier au Maghreb et en Afrique du nord a joué sur le comportement des Français pour leurs vacances : la région - Tunisie, Maroc, et Égypte - ne figure plus sur le podium.

Il y a dix ans, les principales destinations étaient l’Espagne, la Tunisie et la Grèce. En 2010, le trio de tête était composé de la Tunisie, du Maroc et de l’Espagne, qui avait donc perdu, ces dernières années, sa place de leader au profit de la Tunisie qui a su attirer avec des prix compétitifs et des hôtels neufs. L’Espagne garde toujours la cote auprès des Français.

La preuve, cette année, le numéro 1 c'est l’Espagne - encore  et toujours - avec toutes ses composantes : les Canaries, les Baléares, Costa del Sol.   

On trouve ensuite des destinations du bassin méditerranéen : l’Italie, notamment la Sicile et la Sardaigne, ainsi que la Turquie ont repris des couleurs. Tout comme… la Grèce – partie continentale et îles, à l'instar de la Crète -, une destination qui a quand même connu un coup d’arrêt en raison de la crise économique et des manifestations consécutives aux difficultés financières de l’état. Le touriste, en effet, n’aime pas trop les mobilisations, les défilés. Mais il est reparti en Grèce, depuis…

Ensuite arrivent les pays du Maghreb. Pour la Tunisie, la clientèle a diminué de 50 % par rapport à l’an dernier. Au Maroc, on est à 20/25 % en moins.

Dans le classement, aussi, figurent les destinations plus lointaines celle au long courrier : les Antilles, l’océan indien (Maurice, Réunion) et la République dominicaine, malgré les événements d’Haïti.

Enfin, en Asie, c’est le Vietnam et l’Indonésie qui dominent. Mais la peur du nucléaire a fait ralentir le tourisme autour du Japon et de la Chine.


Comment les Français choisissent-ils leur destination des vacances ?

La première motivation, c’est la sécurité et la tranquillité. On recherche un pays calme et serein. Ensuite, il y a la proximité : la grande majorité des Français ne part pas au bout du monde. Puis la compétitivité, le rapport qualité-prix, les formules : le « tout compris » est à la mode (car le budget est fixé à l’avance). D'autres clients préfèrent plutôt la liberté.

Le climat joue beaucoup aussi, c’est sûr ! Et les pays maghrébins et autres destinations méditerranéennes partent avec un avantage : le soleil.

Après, il ne faut pas négliger la crise économique : la crainte du chômage, le moral des Français. Cette année, un peu moins de la moitié de nos compatriotes partent en vacances. A une époque, près de 60 % partaient. Le tourisme est en baisse chaque année. Du coup, il y a des promotions sans arrêt. Les opérateurs en font de manière de plus en plus fréquente. Y compris en été, en juillet, en août. Une première depuis deux-trois ans. Au mois d’août, tout n’est pas complet, loin de là…

Et ce n’est pas forcément les plus aisés qui partent loin : certains cadres moyens ont envie d’économiser pour s’offrir un voyage au bout du monde, pour s’échapper…

Propos recueillis par Philippe Lesaffre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !