Tintin 2011, miroir de l'Occident en quête de son innocence perdue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Tintin 2011, miroir de l'Occident 
en quête de son innocence perdue
©

Tintinologie

Tintin 2011, miroir de l'Occident en quête de son innocence perdue

L'adaptation cinématographique de Tintin par Steven Spielberg sort ce mercredi. L'occasion de revenir sur l'univers du célèbre héros belge. C'est notre feuilleton de la semaine. 1er épisode : comment Tintin illustre les doutes actuels de l'Occident.

Clément  Bosqué

Clément Bosqué

Clément Bosqué est Agrégé d'anglais, formé à l'Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et diplômé du Conservatoire National des Arts et Métiers. Il dirige un établissement départemental de l'aide sociale à l'enfance. Il est l'auteur de chroniques sur le cinéma, la littérature et la musique ainsi que d'un roman écrit à quatre mains avec Emmanuelle Maffesoli, *Septembre ! Septembre !* (éditions Léo Scheer).

Voir la bio »

Dans l'Alph'art, dernier album inachevé de Hergé, un personnage menace Tintin et lui lance : « Votre cadavre figurera dans un musée ! ». Hergé avait donc tout prévu : les discoureurs, les analyses, les commentateurs (1). Et même Spielberg.

Les anglo-saxons attendaient sans doute le right time pour lancer le retour de Tintin parmi nous. Leur rendu fait voir les veines sous la peau du nez et des tempes des personnage, caricatures atroces qu'Arcimboldo n'aurait pas renié. Il fallait un mauvais goût solidement amerloque pour faire des figurines délicates de Hergé rien d'autre qu'un patron pêcheur barbu bubonique et un galopin bouffi.

Essayons d'oublier que les pauvres personnages de Hergé avaient déjà eu droit à leur déformation télévisuelle dans les Bijoux de la Castafiore. Qu'en outre Hergé avait précisément réussi là où Steven Spielberg et Peter Jackson, avec leur technique lourdaude, sont certains d'échouer : la capture du mouvement (motion capture).

Décollons le nez à la fois de la ligne claire et de la salle obscure. Cette résurrection de Tintin au cinéma mérite éclaircissement. Tournons-nous vers les structures profondes. Dans la mythologie, « l'enfant éternel » est une figure à trois faces : être capricieux qui ne veut pas grandir ; vieillard ; vrai renouveau.

L'univers de Tintin trop « attachant » : avec Tintin, on ne veut pas grandir

Certes, l'univers de Tintin, à l'exemple des "brownings", dont Hergé équipe invariablement ses gangsters, est attachant, comme les films d'Audiard, comme les vieilles mappemondes, comme le Picon-bière, le jambon-beurre et les vinyls de jazz. Mais lassant et ringard à la longue et au premier degré.

Surtout, toujours occupé à libérer Haddock des griffes de la Castafiore, Tchang du yéti, Tournesol des Bordures, Tintin incarne une puérilité émancipatrice bien de chez nous : l'idée fantasmatique que l'on est prisonnier, objet d'une aliénation, et que quelqu'un va venir briser nos liens, fût-ce contre notre gré, pour notre bien. Il faut que les autres peuples « apprennent la liberté », dit-on aujourd'hui, sottement, à propos des Libyens. Bref : si nous sommes "attachés" à Tintin-le-libérateur, c'est bel et bien que notre Abdallah intérieur nous joue un tour capricieux et nous ligote fermement au passé.

Information, indignation, institution : Tintin le noble vieillard

Tintin est journaliste : le métier du XXe siècle, qui fut le siècle de la géopolitique, science "informe" par excellence, où notre bonne conscience tient au degré dont elle est "informée" des grands conflits, des grands trafics, des grandes injustices.

Les valeurs de Tintin sont ces valeurs que l'Occident a porté ailleurs, colonisant par et pour la civilisation, la liberté, la paix. Comme le Christ, il sauve son prochain, y compris de dangers spirituels puisque, comme le souligne Hervé Gattégno, son miracle est également de faire des personnages secondaires "des héros qui s'ignoraient" (2). L'"indignation" dont on fait beaucoup de cas aujourd'hui est celle de Tintin, déjà (gare à ses froncements de sourcils) !

Et puis, Tintin est belge. Reconnaîtrait-il aujourd'hui sa Belgique, à l'image des « institutions » Européennes, lieu de faille et de faillite, empêtrée, menottée à elle-même comme les Dupondt, vieux garçons éternels (comme à l'accoutumée) qu'une chute étourdie finit par ramener l'un à l'autre, bien malgré eux, "radeau de la méduse" plus que fière Licorne ?

Tintin ou le reflet de l'Occident en quête de résurrection

On a beau dire : Tintin est jeune (ce que n'a jamais été Astérix "encore célibataire, à son âge", disent les commères gauloises) et il a l'énergie de l'action : c'est un anti-Gaston Lagaffe (l'anti-héros écolo qui paresse au boulot, beaucoup plus en phase avec l'esprit du temps, soit dit en passant !). Il n'est donc pas exclu que Tintin exprime, simultanément, le besoin d'un dieu-enfant, confiant et plein d'initiative. Derrière la vitrine vieillotte reconstituée par Spielberg, Tintin incarnerait nos attentes de résurrection. Cela est un motif d'espoir en soi.

Les générations à venir finiront par ne plus se reconnaître dans ce progressiste en culottes coincé. Tintin cohabite déjà avec d'autres figures (Harry Potter, etc.) qui le concurrencent et en prennent la place. Destin tragi-comique que le retour du boy-scout candide et crispant. Lui qui, à l'étonnement toujours renouvelé de son créateur, faisait rêver les enfants du monde entier, nous aidera-t-il à rêver et imaginer encore ? Ou est-il un rêve fatigué, le rêve de nos grand-pères, comme lui nés en 1929 ; une photo dont le souvenir nous hante d'autant plus fort que les couleurs sont, justement, « passées » ? Tintin, signe d'un Occident-Titan dont la hantise est de tomber au creux de la vague, sidéré par le dynamisme olympien du reste du monde ?

_______________________________________

1 Qui n'ont pas tous quelque chose à dire, ainsi Pierre Assouline qui prend le risque d'affirmer qu'on n'a « pas fini d’entendre parler du génie d’Hergé d’ici à la fin de l’année » ! http://passouline.blog.lemonde.fr/2011/07/30/le-tintinisme-est-il-un-humanisme/

2 Les personnages de Tintin dans l'histoire, Hors-série Le Point - Historia, 2011.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !