Thomas Edison, l'élève brouillon qui rêvait de logement social : la petite histoire de l'inventeur aux 1093 brevets | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Histoire
Thomas Edison, en 1878.
Thomas Edison, en 1878.
©Wikimedia Commons

Amour morse

Thomas Edison, l'élève brouillon qui rêvait de logement social : la petite histoire de l'inventeur aux 1093 brevets

L'inventeur de l'ampoule électrique est né le 11 février 1847. A sa mort, il comptait 1 093 brevets à son actif. De nombreux épisodes de sa vie restent méconnus du grand publique.

L’inventeur Thomas Alva Edison est mondialement connu pour avoir participé à l'invention du phonographe, du téléphone, des rayons X, ou encore de l’ampoule électrique. Mais peu de gens savent qu’il a été déscolarisé très tôt, qu’il a été le premier à publier un journal dans un train ou encore qu’il a voulu construire des maisons. A l’occasion de ce qui aurait été son 161e anniversaire, le site Internet Neatorama a recensé quelques faits peu connus sur celui qui, à sa mort, comptait1 093 brevets à son nom. 

Enfant, Thomas Edison est un élève trop distrait. A tel point que sa maîtresse le surnomme "brouillon". Quand elle l’apprend, sa mère le retire de l’école pour l’éduquer à la maison. Alors que l’enfant est âgé de 9 ans, elle lui offre un livre de sciences élémentaires. 

Le jeune Edison expérimente alors tout ce que lui suggère le livre, économise pour s’acheter du matériel de chimie et crée un laboratoire dans la cave de ses parents. A 12 ans, il commence à perdre l’ouïe. La légende raconte qu’un conducteur de train l’aurait giflé à l’oreille après qu’il a mis le feu à un wagon lors d’une expérience. En effet, Edison a installé un laboratoire dans un wagon de train, et en a profité pour créer The Grand Trunk Herald, le premier journal à être publié sur les rails.

Deux ans plus tard, il sauve un enfant de trois ans lors d’un accident de train. En gratitude, le père du garçon lui apprend à faire fonctionner un télégramme. En 1879, alors âgé de 22 ans, Edison dépose son premier brevet pour la machine à voter. C’est un flop.  

Premiers succès

Quelques années plus tard, il rencontre l’amour de sa vie, Mina Morse. Il lui enseigne le code afin qu’ils puissent communiquer secrètement en tapant dans leurs mains quand leurs familles sont présentes. Un jour, Edison demande .-- --- ..- .-.. -.. -.-- --- ..- -- .- .-. .-. -.-- -- . et Mina répond -.-- . ... ("Veux-tu m’épouser ?" "Oui je le veux !").

En 1895, Wilhelm Conrad Röntgen invente le rayon X. Orgueilleux, Edison demande alors à son employé Clarence Dally de développer un fluoroscope. Ce dernier, qui est un véritable succès commercial à l’époque, est à la base de la fluoroscopie utilisée aujourd’hui à l’hôpital. Une victoire que Dally paye de sa vie. Ignorant le danger des rayons X, il manipule toujours les tubes dans ses mains, avant d’être emporté par un cancer. Ce drame traumatise Edison qui arrête net ses expérimentations sur les fluoroscopes. Plus tard, dans une interview au New York World, il déclare : "Ne me parlez pas des rayons X. Ils me font peur. (…) J’ai peur du radium et du polonium et je ne veux pas jouer avec eux."

Échecs

Commence alors une période noire pour Thomas Edison. L’inventeur s’embarque dans l’extraction de fer. Persuadé que tirer ce dernier d’une mine coûterait trop cher, il investit tout son argent dans la création d’une usine et d’une ville alentour avant de se rendre compte de son erreur. Il s’intéresse ensuite au ciment. D’origine modeste, il veut créer des logements bon marché mais d’apparence luxueuse. Le projet se révèle impraticable.

A la fin des années 1980, il se lance dans la guerre des courants, contre George Westinghouse et Nikola Tesla qui eux misent sur le courant alternatif. Edison, qui dispose d’une centaine de stations électriques, peine à les placer suffisamment près des consommateurs. Il se résout à s'adresser à Tesla afin que ce dernier l’aide à améliorer son réseau, mais refuse ensuite de payer l’intégralité de la somme promise.

Prêt à tout pour démontrer la suprématie de son courant sur les autres, il va jusqu’à renier ses convictions politiques en créant la chaise électrique. Malgré tous ses efforts, le système électrique de Telsa finit par l’emporter.

Ce qui n'empêche pas,134 ans plus tard,Thomas Alva Edison de demeurer l'inventeur le plus connu et le plus prolifique du monde. 

Raphaëlle de Tappie

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !