Théâtre : Braise et cendres, Un cocktail détonnant et subjuguant ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Théâtre : Braise et cendres, Un cocktail détonnant et subjuguant !
©

Atlanti-culture

Théâtre : Braise et cendres, Un cocktail détonnant et subjuguant !

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry pour Culture-Tops

Charles-Édouard Aubry est chroniqueur pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

THEATRE

Braise et cendres, de Blaise Cendrars

Textes choisis et mis en scène par Jacques Nichet

Interprété par Charlie Nelson

INFORMATIONS

Théâtre le Lucernaire

53 rue Notre-Dame-des-Champs

Jusqu’au 9 mars 

Durée : 1h10

Réservations : 01 45 44 57 34

RECOMMANDATION : EN PRIORITE

THEME

Le metteur en scène Jacques Nichet, aidé par Claude Leroy, lui-même écrivain et grand spécialiste de l’auteur, dont il a dirigé la publication de deux livres dans la Pléiade, retrace en cinq parcours le meilleur de l’œuvre autobiographique de Blaise Cendrars.

Agencé en séquences qui s’enchainent parfaitement, la pièce raconte les voyages et multiples pérégrinations de l’auteur de « Bourlinguer » à travers Paris, New-York, Rome, le Brésil ou les tranchées de la guerre de 14-18. Le réel et l’imaginaire s’y mêlent de façon inextricable.

POINTS FORTS

L’œuvre de Cendrars est placée sous le signe du voyage, de l’aventure, de la découverte et de l’exaltation. La pièce offre un aperçu de la vie rêvée du poète en faisant entendre sa voix grâce à une écriture qui raconte fidèlement une vie brûlante, passée aux quatre coins du monde. Prose, poésie, récit autobiographique, toutes les genres sont bons pour vivre, raconter, transmettre avec une bouleversante puissance d’évocation.

Nul besoin d’aimer Blaise Cendrars. Ne pas le connaître augmente même le plaisir de la découverte d’un auteur qui propose un voyage unique à travers son époque.

Pour Cendrars, l'acte de création artistique a lieu lorsque le poète est telle une braise, qui se consume au cours de la création, puis s'éteint pour se transformer en cendres. C'est pourquoi il choisit son pseudonyme Blaise comme braise, et Cendrars comme cendre.

Charlie Nelson s’est approprié les 30 pages choisies par son metteur en scène. Il compose un Cendrars fidèle et restitue un personnage tour à tour enjoué, grave voire désespéré. Avec une boîte d’allumettes et une bougie, une chaise et un manteau, dans une mise en scène qui sait s’effacer derrière l’auteur et le comédien pour mieux les mettre en valeur, les mots prennent toute leur force, leur puissance évocatrice.

Cendrars renaît de ses cendres. Les braises couvent toujours …

POINTS FAIBLES

Nous n’étions que 25 privilégiés dans la salle à faire un triomphe à ce spectacle. Public où es-tu ?

EN DEUX MOTS

Après les textes d’Annie Ernaux ou de Céline magnifiquement mis en valeur par des metteurs en scène respectueux de leurs œuvres et des acteurs talentueux et seuls en scènes, c’est au tour de Cendrars d’être célébré au Lucernaire. Merci à ce théâtre fidèle et impliqué, qui fait vivre les œuvres de ces écrivains.

UN EXTRAIT

"Quand tu aimes, il faut partir

Quitte ta femme quitte ton enfant

Quitte ton ami quitte ton amie

Quitte ton amante quitte ton amant

Quand tu aimes il faut partir

Il y a l’air il y a le vent

Les montagnes l’eau le ciel la terre

Les enfants les animaux

Les plantes et le charbon de terre

Le monde entier est toujours là

La vie pleine de choses surprenantes

Je sors de la pharmacie

Je descends juste de la bascule

Je pèse mes 80 kilos

Je t’aime"

(extraits du poème « Tu es plus belle que le ciel et la mer »)

L’AUTEUR

Comment résumer en quelques lignes une vie si riche en découvertes, actions, émotions, rencontres … ?

Romancier, poète, journaliste mais aussi engagé volontaire dans la Légion, Blaise Cendrars fut grièvement blessé en 1915 et amputé du bras droit, ce qui le força à écrire de la main gauche.

Le poète grec Yannis Livadas a écrit à propos de Cendrars : « Si Rimbaud fut fondateur et pilier de l'esprit de la poésie moderne, Cendrars, en plus d'en être un grand réformateur, il en fut également bâtisseur lors de l'élévation de celle-ci. D'un premier point de vue, on pourrait y voir le plus sublime, le plus accompli, le dernier des symbolistes. Cependant, Blaise Cendrars fut indiscutablement le pionnier capital du modernisme ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !