Premier test social pour le gouvernement Ayrault | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Premier test social pour le gouvernement Ayrault
©

RDV

Premier test social pour le gouvernement Ayrault

Le Premier ministre consulte ce mardi à Matignon un à un les syndicats et le patronat. Il s'agit du premier sommet social entre les partenaires sociaux et le nouveau gouvernement. Les deux points qui seront particulièrement évoqués : le SMIC et la retraite à 60 ans. Atlantico suit la journée en direct.

[Mis à jour à 19h20]

Laurence Parisot a salué la méthode de concertation de Jean-Marc Ayrault. "Nous avons dit au Premier ministre combien nous apprécions la méthode de travail qu'il propose", a déclaré la présidente du Medef en quittant Matignon. "C'est vraiment une méthode d'écoute, d'échange, de concertation, s'est félicité Laurence Parisot. Ça nous semble vraiment la meilleure façon d'agir compte tenu des circonstances car, encore une fois, nous sommes dans le même bateau."

[Mis à jour à 17h50]

Laurence Parisot, la présidente du Medef, vient d'arriver à Matignon. C'est elle qui clôt aujourd'hui la journée de concertations des syndicat et du patronat.

[Mis à jour à 17h40]

Après sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault et ses ministres, Bernard Thibault, le leader de la CGT, évoque à la presse "l'impatience" des salariés. "On n'a pas caché l'impatience qu'il y avait chez les salariés d'avoir des décisions les plus rapides et les plus concrètes [...] qui modifient le quotidien»" explique-t-il à la presse, ajoutant que "c'est une majorité de salariés qui a contribué au changement".

[Mis à jour à 16h20]

Bernard Thibault, le patron de la CGT, a lui aussi été reçu à Matignon. Il demande "un mécanisme automatique pour que les branches professionnelles s'alignent sur le Smic". Le leader de la CGT, qui avait appelé à voter contre Nicolas Sarkozy, a déclaré qu'"on ne vient plus à Matignon à reculons".

[Mis à jour à 15h30]

L'ancien Premier ministre François Fillon a déclaré à la presse en marge d'une visite de soutien à Rosny-sous-Bois au député UMP sortant : "Les syndicats vont être les premiers cocus de la gauche [...] Cela a souvent été le cas dans l'Histoire. La gauche s'était engagée sur le retour à la retraite à 60 ans. Je vois que ce n'est déjà plus d'actualité puisque maintenant, ça n'est plus que pour ceux qui ont commencé à travailler à 18 ans. C'est donc une hypocrisie".

[Mis à jour à 15h20]

Dans une interview exclusive donnée à L'Express.fr, Jean-Marc Ayrault appelle Christine Lagarde, à la tête du FMI, au respect après ses déclarations sur la Grèce. Il ajoute qu'"on ne peut rien faire sans l'adhésion du peuple grec. Cela commence d'abord par le respect".

[Mis à jour à 13h15]

Jean-Claude Mailly n'a obtenu aucune réponses précises. Mais il a expliqué à sa sortie de Matignon que le Premier ministre avait entendu ses positions en faveur d'une augmentation du SMIC et en faveur de la prise en compte des périodes de chômage dans le calcul de la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travaillé tôt.

[Mis à jour à 12h20]

Le secrétaire général de Force Ouvrière (FO) Jean-Claude Mailly vient d'arriver à Matignon. Il succède donc au patron de la CFE-CGC Bernard Van Craeynest.

[Mis à jour à 11h15]

C'est maintenant au tour d'une organisation patronale, la CGPME (Confédération générale des petites et moyennes entreprises) d'être reçue par le Premier ministre. Jean-François Roubaud, président de la CGPME, a déclaré au micro d'iTélé suite à l'entretien que ça avait été "extrêmement cordial" et qu'ils avaient parlé des "inquiétudes sur les charges qui pèsent sur [leurs] entreprises, sur le coût du travail, la compétitivité de [leurs] entreprises".

Gros point de désaccord toutefois : le coup de pouce au SMIC. Jean-François Roubaud a d'ailleurs demandé "que ce soit a minima y compris sur le problèmes des retraites".

[Mis à jour à 10h40]

Le ministre délégué chargé de l'Economie sociale et solidaire, Benoît Hamon, a déclaré ce matin sur Canal+ qu'"il faut recoudre un pays qui a été abimé", ajoutant que l'urgence porte sur "la question des salaires, des plans sociaux, des retraites, de l'organisation du travail".

[Mis à jour à 10h30]


Jean-Marc Ayrault a commencé par recevoir François Chérèque, le numéro un de la CFDT, pour qui la priorité numéro un est l'emploi, la lutte contre le chômage et la défense des salariés en difficultés
. Il a ajouté que "le vrai problème, c'est qu'il y a trop de salariés au SMIC et qui le restent". Il a aussi espéré que "le dialogue social ne soit pas un coup de début de quinquennat mais une méthode de travail".

A sa sortie de Matignon, François Chérèque est revenu sur sa rencontre avec Jean-Marc Ayrault, saluant la méthode de dialogue choisie par le gouvernement.

[Mis à jour à 9h15]

La première secrétaire du PS Martine Aubry a assuré ce matin sur RMC/BFMTV que la réforme des retraites promise par François Hollande verrait bien le jour. Elle passerait par un projet de loi qui serait étudié dès l'automne. "On peut prendre des décrets mais la grande réforme des retraites, juste et efficace, passera par une grande négociation avec un projet de loi qui sera engagé dès l’automne. Des milliers d’hommes et de femmes ne peuvent pas attendre encore plusieurs mois, ils ont déjà 42-43 ans de cotisations. C’est la marque de la justice" a-t-elle déclaré.

Martine Aubry a également promis que le SMIC serait revalorisé, ajoutant que "le smic a perdu en pouvoir d’achat par rapport au salaire moyen, donc il faut que le SMIC puisse rattraper ce pouvoir d’achat en plusieurs fois. Donc, en fonction de ce que le patronat sera prêt à faire, il y aura un coup de pouce. Son ampleur dépendra des discussions".

 

Salaire minimum, retraite à 60 ans, plans sociaux, autant de sujets qui seront soulevés aujourd'hui par le Premier ministre et les partenaires sociaux. Un sommet social, pendant lequel Jean-Marc Ayrault devra bien répondre aux promesses de campagne de François Hollande, s'ouvre en effet aujourd'hui à Matignon.

Les partenaires sociaux seront reçus un à un par le Premier ministre, accompagné de le ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine, le ministre du Travail, de l'Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Michel Sapin, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et la ministre de la Réforme de l'Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique Marylise Lebranchu. Ces rencontres entament les travaux pour préparer une conférence sociale sur l'emploi, les salaires, les conditions de travail, les retraites et l'égalité salariale, prévue d'ici le 14 juillet.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !