Tensions russo-américaines : ce nombre grandissant de gens qui se persuadent que la troisième guerre mondiale est pour très très bientôt | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Tensions russo-américaines : ce nombre grandissant de gens qui se persuadent que la troisième guerre mondiale est pour très très bientôt
©AFP

Paranoïa en ligne

Tensions russo-américaines : ce nombre grandissant de gens qui se persuadent que la troisième guerre mondiale est pour très très bientôt

Face à la résurgence de fortes tensions diplomatiques et militaires entre la Russie et les Etats-Unis, certains discours alarmistes prévoyant l'imminence d'une guerre nucléaire mondiale fleurissent sur bon nombre de supports médiatiques. Un phénomène qui s'explique en partie par le contexte actuel et une propagande savamment orchestrée.

Marie Peltier

Marie Peltier

Marie Peltier est historienne de formation, chercheuse et enseignante. Elle travaille sur le complotisme et sur la narration autour des questions interculturelles et internationales. Elle publiera notamment le 3 octobre 2016 l'ouvrage L'ère du complotisme. La maladie d'une société fracturée (éditions Les Petits matins).

Voir la bio »

Atlantico : Alors qu'on assiste ces derniers temps à une recrudescence des tensions entre les Etats-Unis et la Russie (un avion américain a notamment été intercepté au-dessus de la mer Noire cette semaine), de nombreux discours fleurissent sur Internet sur l'imminence d'une guerre nucléaire mondiale. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? D'où tient-il ses origines et comment est-il alimenté ?

Marie Peltier : Il faut bien comprendre qu'il y a actuellement un grand climat d'insécurité au sein de notre société, lié en partie au contexte d'attentats et de terrorisme. Ce climat génère une grande "soif" de narration sur ce que l'on est en train de vivre. On cherche donc des clés de compréhension. Dans ce contexte, on a besoin d'un narratif et certains mouvements idéologiques en profitent pour proposer des réponses clés en main, donner des supposées explications de cette peur sécuritaire, et nommer des responsables et des coupables.

Il est certain que dans ces mouvements idéologiques, nous retrouvons de manière très prégnante le camp pro-Vladimir Poutine et la propagande du Kremlin, très active depuis plusieurs années et surtout depuis ces derniers mois avec le contexte d'attentats. Cette propagande nourrit certaines peurs et certains fantasmes afin de rallier des individus à sa cause et son idéologie.

Sur quels supports médiatiques peuvent s'appuyer ces personnes persuadées qu'un conflit mondial est sur le point d'éclater (forums, réseaux sociaux...) ?

Ce genre de théories, comme les théories du complot, circulent beaucoup par l'intermédiaire des réseaux sociaux. C'est une grande évolution. Beaucoup de personnes n'ont plus confiance aujourd'hui dans les médias dits "mainstream". Ils sont donc persuadés qu'ils vont pouvoir se réapproprier une autre narration à travers les réseaux sociaux, avec l'illusion que sur ceux-ci, on peut construire son propre savoir et ses propres connaissances.

Ces mouvements idéologiques liés au Kremlin ont très bien compris cela. Il y a toute une déclinaison de formats (vidéos, photos, photos, images choc, slogans...) qui se partagent très facilement sur Twitter et Facebook et qui peuvent séduire un grand nombre. Des formules faciles sont, par essence, plus faciles d'accès qu'un article de fond issu d'un média traditionnel.

L'essor en France et en Europe de médias tels que Sputnik ou Russia Today s'est accompagné de certains doutes sur l'orientation et l'objectif de ces médias. Peuvent-ils contribuer selon vous à cette situation de hausse des tensions (ou, au moins, de perception de hausse des tensions chez certaines personnes) ?

Oui, très clairement. La propagande du Kremlin est très organisée. Ils ont beaucoup d'avance sur nous pour ce qui est de la maîtrise du Net et savent parfaitement utiliser la peur ambiante. Ils ont des gens qui travaillent et consacrent leur vie à donner une autre narration que celle que les médias donnent actuellement. Nous sommes vraiment dans une dynamique de propagande, et nous l'avons un peu oublié en Europe selon moi. Une propagande peut se baser sur des fantasmes absolus et des non-faits et raconter toute une histoire qui semble parfaitement tenir la route, alors que factuellement elle ne tient sur rien. C'est une situation compliquée car vous entendez parfois des discours du type "pour avoir un avis objectif, il faut consulter toutes les sources donc lire aussi Russia Today et Sputnik News". C'est vrai, et en même temps pas tout à fait vrai car on ne peut pas ignorer la dynamique intrinsèque de la propagande. Il y a un vrai but de désinformation dans le cadre de ces médias, ce qui n'est pas le cas de nos médias traditionnels, même s'ils ont leurs propres défauts (incompétence, etc.). Ce n'est pas la même dynamique idéologique.

A qui pourrait profiter selon vous cette situation de crainte d'un conflit majeur entre les Etats-Unis et la Russie ?

Je crois que le climat d'insécurité profite à toutes les idéologies extrêmes. Dans notre société, cela profite beaucoup à l'extrême-droite, mais aussi aux mouvements radicaux islamistes. Il y a aujourd'hui toute une série d'acteurs pour qui cette peur, cette insécurité, cette idée que nous sommes au bord d'un conflit mondial, permet de rallier des gens à leur cause. Ils peuvent ainsi se présenter comme ayant la solution radicale en sachant qui est coupable. C'est difficile de désigner précisément à qui cela profite, mais de manière générale ce sont les idéologies extrêmes (extrême-droite traditionnelle, mouvements islamistes radicaux, mouvements pro-israéliens radicaux, etc.). Ce sont tous des personnes qui se prévalent d'un projet de société future et qui désignent des bouc émissaires. Le contexte de peur favorise cette volonté de chercher le coupable.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !