Télétravail : Vous n’en avez pas marre ? Moi si ! Les menaces sur le télétravail sont de trop ! | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Le gouvernement a rendu obligatoire le télétravail au moins trois jours par semaine, là où c'est possible, dès le 3 janvier pour freiner la pandémie de Covid-19 en ce début d'année 2022.
Le gouvernement a rendu obligatoire le télétravail au moins trois jours par semaine, là où c'est possible, dès le 3 janvier pour freiner la pandémie de Covid-19 en ce début d'année 2022.
©LOIC VENANCE / AFP

Casse-tête pour les entreprises

Télétravail : Vous n’en avez pas marre ? Moi si ! Les menaces sur le télétravail sont de trop !

Le gouvernement a décidé de rendre obligatoire le télétravail au moins trois jours par semaine, là où c'est possible, à partir du 3 janvier face à la hausse des contaminations liées à la pandémie de Covid-19 et au variant Omicron. Cette mesure est une nouvelle contrainte de plus pour les dirigeants d'entreprises.

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent

Loïk Le Floch-Prigent est ancien dirigeant de Elf Aquitaine et Gaz de France, et spécialiste des questions d'énergie.

Ingénieur à l'Institut polytechnique de Grenoble, puis directeur de cabinet du ministre de l'Industrie Pierre Dreyfus (1981-1982), il devient successivement PDG de Rhône-Poulenc (1982-1986), de Elf Aquitaine (1989-1993), de Gaz de France (1993-1996), puis de la SNCF avant de se reconvertir en consultant international spécialisé dans les questions d'énergie (1997-2003).

Dernière publication : Il ne faut pas se tromper, aux Editions Elytel.

Son nom est apparu dans l'affaire Elf en 2003. Il est l'auteur de La bataille de l'industrie aux éditions Jacques-Marie Laffont.

En 2017, il a publié Carnets de route d'un africain.

 

Voir la bio »

La vie de chef d’entreprise et d’industriel n’est pas assez rude, on paie des impôts et des charges sociales au-delà du raisonnable, nous sommes assaillis de toutes parts par une administration en général -sauf exceptions- malveillante, nous avons fait le gros dos en 2020 essayant de poursuivre notre production, nous commençons à entrevoir un peu de ciel bleu en cette fin 2021… et patatras la maitresse d’école vient nous annoncer que le télétravail est obligatoire sous peine d’amendes.

Nous ne sommes que de mauvais garnements qui méritent des punitions, c’est cela l’image que nos gouvernants ont de nous ?

Vous avez déjà dirigé des entreprises ? Vous avez eu à motiver des hommes et des femmes, les faire travailler ensemble tous les jours pour affronter une concurrence imaginative, vous savez, vous, ce qui est bien pour le développement de toutes les entreprises sans exception ?

J’ignore si notre Gouvernement a eu le sentiment d’avoir concerté cette décision avec des représentants des professions industrielles, mais ce dont je peux vous assurer c’est que l’ensemble des industriels français et tout leur personnel , sont abasourdis à la fois de la décision prise à partir du 3 Janvier, mais encore de son expression, ce n’est plus de l’infantilisation c’est du mépris. Et ceci n’enlève rien aux bonnes décisions antérieures de soutien à l’activité de production, en particulier le PGE.

Nous savons tous que les contraintes vont se multiplier, que la contamination conduit à l’augmentation des « cas contacts », et que la production va en pâtir. Nous allons avoir à jongler avec les présents et les absents tous les matins, nous allons devoir produire pour satisfaire les clients avec des effectifs variables, intermittents, avec l’appel à des intérimaires, nous allons y passer nos jours et nos nuits. Ce mois de Janvier a tout pour être infernal et nous récoltons des menaces, c’est une honte !  

Loïk Le Floch-Prigent

Avec le soutien de Sophie de Menthon, présidente d'ETHIC

À Lire Aussi

Politique industrielle : la France en pleine confusion mentale

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !