"Tartuffe" : Molière, Montaigne, même combat | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Molière.
Molière.
©Reuters

Atlanti-culture

"Tartuffe" : Molière, Montaigne, même combat

La Comédie Française présente une version sagement dépoussiérée de "Tartuffe", qui montre combien il y a du Montaigne dans ce Molière-là.

Jacques  Paugam

Jacques Paugam

Jacques Paugam est un écrivain et journaliste français. Très impliqué dans le domaine de la culture, il a produit et animé de nombreuses émissions et chroniques pour la télévision, la radio et la presse écrite. Il est le cofondateur du site Culture Tops, partenaire d'Atlantico.

 

Voir la bio »

Le thème

Un notable (Orgon) tombe sous la coupe d'un faux dévot (Tartuffe) qui fait une cour pressente à sa femme (Elmire), et auquel il finit par faire don de ses biens. Il faudra toute la malice de la servante (Dorine) et le cran d'Elmire, sans oublier l'intervention du Roi, pour que la famille se tire d'un bien mauvais pas.

Points forts

1/ "Tartuffe" est une pièce en ceci fascinante qu'elle est à la fois le signe de l'extrême audace de Molière osant s'attaquer au fanatisme religieux et à toute forme d'hypocrisie mais également celui de la très grande prudence d'un auteur qui fait spectaculairement allégeance au Roi, en le mêlant de façon surprenante à la conclusion.

2/ C'est un des meilleurs textes de Molière sur la complexité de la condition humaine et ses paradoxes. Molière est orfèvre en analyse de la médiocrité, qu'il excelle à mettre en scène. On assiste là à un jeu d'egos, où les êtres sont parfois aussi ardents à manipuler les autres que maladroits à se comprendre eux-mêmes et à déceler leurs intérêts profonds. Molière a souvent le rire sombre.

3/ Galin Staev, qui connaît bien la Comédie Française pour y avoir déjà monté quatre spectacles, a compris que ce qui convenait le mieux à l'auguste maison, c'était une attitude d'humble respect mâtinée d'une bonne dose de créativité, toujours teintée d'humanisme. De quoi apporter le "supplément d'âme", si cher au nouvel Administrateur Général, Eric Ruf.

Il a ainsi joué à fond la carte de l'humanité des personnages, y compris celui de la belle-mère ronchon et, surtout, celui de Tartuffe dont le mot célèbre, "Après tout je ne suis pas un ange", donne ici à penser que Tartuffe n'est pas nécessairement dupe de son personnage.

Quant à celui d'Orgon, Didier Sandre lui donne une élégance et un charme qu'on ne lui connaissait pas, ce qui rend d'autant plus pathétique son égarement.

4 / Les décors et les lumières accentuent, fort habilement, l'impression de modernité. Je me suis curieusement demandé, à un moment, si on n'assistait pas à une pièce de Feydeau ou de Guitry, saisis par la métaphysique...

Points faibles

Les jeunes comédiens en font, sans doute, un peu trop dans la caricature.

En deux mots (qui seront assez longs...)

1/ Une suggestion : profitez de cette excellente version de "Tartuffe" pour approfondir votre perception de tout ce qu'il y a de Montaigne chez  Molière, et qui est exprimé dans cette pièce par deux personnages.

Celui de Dorine, la suivante, témoin de la sagesse populaire, et incarnée avec éclat par Cécile Brune.

Celui de Cléante, le beau-frère d'Orgon, témoin de la sagesse d'une élite libérale, et incarné avec beaucoup de finesse par Serge Bagdassarian.

Vous verrez: derrière le rire, les pièces de Molière sont de vrais livres de sagesse.

2/ Ce qui m'étonne toujours, c'est de constater à quel point le théâtre est une alchimie délicate et aléatoire, où les auteurs sont à la merci de ceux qui cherchent à les servir, metteurs en scènes, acteurs etc...

Ainsi, comment penser que c'est ce même texte de "Tartuffe" qui permet à cette mise en scène de Galin Stoev de nous tirer vers le haut, avec une sensation d'humanité et de modernité confondante, et qui nous a valu, il y a deux ans, au Théâtre de Paris, la calamiteuse mise en scène de Marion Bierry, réduisant Molière à un théâtre mécanique et anémié, avec un Patrick Chesnay-Tartuffe peu motivé, plus spectateur fatigué de lui-même qu'acteur et dont on aurait dit qu'il était vraiment las de tricher de la sorte.

Magie du théâtre, pour le meilleur et pour le pire...

Recommandation

ExcellentExcellent

Informations

"Tartuffe", de Molière. Mise en scène : Galin Stoev, avec Claude Mathieu, Celine Brune, Michel Vuillermoz, Elsa Lepoivre, Serge Bagdassarian, Didier Sandre. Comédie Française, salle Richelieu, Place Colette, Paris 1°. Jusqu'au 17 février 2015. Réservation : 0825101680 www.comedie-francaise.fr.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !