Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
©Capture d'écran

Cris de conscience ?

Tartuffe à Ibiza

La crise climatique et écologique fait perdre la tête à à peu près tout le monde. Chacun sent qu’il se passe quelque chose mais quoi ? C’est-à-dire quoi, avec quelle gravité, quelles conséquences et à quelle échéance ? Cela alimente toutes sortes de prises de position et d’engagements.

Yves Michaud

Yves Michaud

Yves Michaud est philosophe. Reconnu pour ses travaux sur la philosophie politique (il est spécialiste de Hume et de Locke) et sur l’art (il a signé de nombreux ouvrages d’esthétique et a dirigé l’École des beaux-arts), il donne des conférences dans le monde entier… quand il n’est pas à Ibiza. Depuis trente ans, il passe en effet plusieurs mois par an sur cette île où il a écrit la totalité de ses livres. Il est l'auteur de La violence, PUF, coll. Que sais-je. La 8ème édition mise à jour vient tout juste de sortir.

Voir la bio »

Certains annoncent la fin du monde pour l’an prochain. Metttez le réveil. D’autres s’accordent quelques années de plus avant la catastrophe dans des rapports de milliers de pages reproduits à des milliers d’exemplaires. D’autres encore font du business – le green washing a commencé il y a longtemps mais il se porte de mieux en mieux. N’oublions pas le business politique : être écologiste, de droite, de gauche, du centre, du ciel ou de l’enfer, ça rapporte des voix, des mandats et éventuellement des postes ministériels et des émoluments – jusqu’au homard fatal (Rugy) ou au sex-toy qui dérape (Mme Florence Lamblin, l’élue du XIIIème qui chuta en 2012).

Et puis il y a les purs, les convaincus, les apôtres – tous ces people qui prennent solennellement la parole pour annoncer l’apocalypse depuis les estrades ou les marches des palais gouvernementaux, genre Bono ou Hulot. Ils vont et viennent, sillonnent le monde en jets privés ou de ligne sans voir à mal. Diable l’apocalypse urge !

Le milliardaire canadien Guy La liberté, si bien nommé, fondateur du Cirque du soleil, vient de faire à son tour une superbe déclaration dans le Diario de Ibiza du mercredi 7 août. Il s’y inquiète dramatiquement sur fond de photo vaniteuse du sort de la planète et notamment de la crise des ressources hydriques tout en rappelant qu’il a contribué à donner une vie culturelle et artistique puissante à l’île de More. Finis les hippies, place aux sauveurs de la planète.

Il rappelle qu’il y a créé deux galeries d’art qui exposent les top guns de l’art contemporain (Murakami, Holzer, Emin), mais où, comme par hasard, toutes les œuvres sont vendues avant même d’avoir été exposées… Je précise pour les non-initiés que ces expositions à guichets fermés font partie des opérations courantes de valorisation de l’art contemporain dans tous les endroits où il y a du « super-fric »… Le même écologiste militant a créé le café-concert Heart à Ibiza ville avec les frères Ferran et Albert Adrià. Menu à 150 euros sans boisson à l’ouverture en 2015...Compter légèrement plus aujourd’hui. 300 ? 500 ? Beaucoup, beaucoup plus si vous êtes VIP – ça dépend des enchères du jour. Heureusement Laliberté a créé aussi la fondation One Drop pour la protection de l’eau dans le monde…

Surtout, surtout, il rappelle qu’il fut la 510èe personne à faire un tour hors de l’atmosphère autour de la planète en fusée, je suppose à l’époque où les prix du carburant pour fusées étaient bas et le trou dans la couche d’ozone tout petit. Il a évidemment pu mesurer tous les périls à venir pour un petit 20 millions de dollars.

Maintenant, bouseux et petit peuple, à vélo !

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !