Répression en Syrie : des Français sur les rangs des fournisseurs en matériel de sécurité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Répression en Syrie : des Français 
sur les rangs des fournisseurs
en matériel de sécurité
©

CONFIDENTIEL

Répression en Syrie : des Français sur les rangs des fournisseurs en matériel de sécurité

CONFIDENTIEL - La répression continue en Syrie. Pour faire face à ses besoins en matériel de sécurité, le gouvernement syrien a lancé un appel d'offres international, auquel au moins une entreprise française a participé.

L'affaire du matériel de sécurité commercialisé par des entreprises françaises, et envoyé en Tunisie en pleine révolution, n'a manifestement pas porté ses fruits.  Ce matériel, essentiellement des grenades et des balles en caoutchouc, avait été bloqué in extremis mi-janvier par les douaniers à l'aéroport de Roissy.

Pour faire face à ses "besoins urgents" en grenades lacrymogènes, mais aussi en grenades offensives et de désencerclement - et autres équipements anti-émeute, la Syrie a lancé dernièrement un appel d'offres international auquel, d'après nos informations, au moins une entreprise française a participé, par l'intermédiaire d'un représentant à l'étranger, en l'occurence au Liban. 

Au final, l'appel d'offres a été remporté par une entreprise brésilienne, Condor S.A., mais nulle trace d'une quelconque consigne officielle aux entreprises françaises du secteur de la sécurité pour les dissuader de fournir certains clients, ou même de participer à leurs appels d'offres. 

Aux dernières nouvelles, l'Union Européenne évoquait son intention de mettre en place un embargo sur "les armes et le matériel de répression".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !