"Électeur du Front national, je voterai Sarkozy parce qu'entre la peste et le choléra, il faut tout de même savoir choisir le moindre mal" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Électeur du Front national, je voterai Sarkozy
parce qu'entre la peste et le choléra, il faut tout de même savoir choisir le moindre mal"
©

Du bout des doigts?

"Électeur du Front national, je voterai Sarkozy parce qu'entre la peste et le choléra, il faut tout de même savoir choisir le moindre mal"

A l'approche du second tour de l'élection présidentielle, Manuel Gomez, militant du FN de la première heure, detaille les raisons de son choix pour le président sortant.

Manuel Gomez

Manuel Gomez

Manuel Gomez est journaliste à la retraite et écrivain.

Son choix s'est tourné vers Marine Le Pen au premier tour. Il votera pour Nicolas Sarkozy au second.

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez voté Marine Le Pen au 1er tour. Pour quelles raisons ?

Manuel Gomez : Tout d’abord j’ai toujours voté Le Pen, parce que son père avant elle a toujours défendu nos idées. Par « nos idées », j’entends la défense des valeurs de l’Algérie française, l’anti-communisme…  D’après toute la gauche et même une partie de l’UMP, les électeurs du Front National sont « xénophobes » sauf bien entendu les ouvriers, les égarés, ceux qui souffrent, etc. mais dont on serait bien content de récupérer les voix (même s’ils sont un tantinet xénophobes). En revanche dès le 6 mai je ne le serai plus  puisque j’aurai voté Nicolas Sarkozy, malgré lui, malgré les déclarations de ses « princes » et cela pour ne pas voter communisteÊtre « xénophobe » c’est quoi ? D’après le dictionnaire c’est "être hostile aux étrangers". Je pose la question : Si je veux que les lois de la république et de la laïcité soient appliquées aux étrangers qui viennent dans mon pays suis-je « xénophobe » ?

Les médias ont continué à parler de Marine Le Pen de la même manière que lorsqu'ils évoquaient son père. Ce sont toujours les mêmes rengaines sur l’extrême-droite… Mais Marine Le Pen est dans un circuit bien plus démocratique que ne l’était Jean-Marie Le Pen. Pourquoi toujours évoquer l’extrême-droite, alors que lorsqu’on évoque le Parti communiste on dit « Les communistes » et non l’extrême-gauche ? Je crois au désir de Marine Le Pen d’incarner cette nouvelle droite qu’elle a évoquée dimanche soir.

En revanche, pour moi, le second tour est un vote utile. 50% de l’électorat de Marine Le Pen vont voter pour Nicolas Sarkozy, 20% vont voter pour François Hollande. Les 30% restants, d’après ce que j’ai entendu, s’abstiendront, ce qui revient au final à voter pour François Hollande. Et ce serait un mauvais service à rendre à la France. Je voterai pour Nicolas Sarkozy : entre la peste et le choléra, il faut tout de même choisir le moindre mal.

Et puis, au-delà de l’état actuel de la France, Nicolas Sarkozy est le seul qui peut me défendre. Tout d’abord en influençant Angela Merkel à changer l’orientation de la Banque centrale européenne, afin que celle-ci puisse prêter directement aux Etats. François Hollande ne pourrait faire cela. Je pense que tous les problèmes franco-français, à savoir l’immigration, le vote des étrangers, la sécurité, la santé, les niches fiscales…, sont des problèmes importants, mais qui doivent aujourd’hui passer en seconde position. Le problème majeur est la situation économique de la France, qui s’apprête à rejoindre la Grèce, le Portugal, l’Espagne ou encore l’Italie d’ici 2013.

Pensez-vous que l'heure du vote venue, la plupart des électeurs votera Nicolas Sarkozy comme vous ?

Certains partisans du Front National sont des anti-sarkozystes convaincus. Dès lors, ils vont voter contre Nicolas Sarkozy, c’est-à-dire pour François Hollande. Un élu FN de l’Hérault me disait récemment "Je vote Hollande parce que Sarkozy m’a fait perdre des élections". C’est idiot. Ça n’a rien à voir ! Je pense qu’aux élections législatives, il peut y avoir une vingtaine de départements où le FN peut obtenir des députés, avec l’aide de l’UMP, et une autre vingtaine où c’est l’inverse. Marine Le Pen ne dira jamais ouvertement de voter pour Nicolas Sarkozy, et inversement, mais ça n’empêche rien.

Il faut préparer les prochaines élections législatives avec des accords de désistement avec la droite et la droite populaire dans une quarantaine de départements où les uns ne passeront pas sans les autres, et vice et versa. C’est là qu’il ne faut pas se tromper de stratégie car il s’agit d’un jeu dangereux. L’alternative est simple : si Hollande est élu c’est Mélenchon qui gagne.Si Sarkozy l’emporte c’est Marine qui gagne.

Comment expliquez-vous l’anti-sarkozysme de certains électeurs FN ? 

C’est dû au refus de Nicolas Sarkozy, hormis ces deux derniers mois où il se montre un peu plus complaisant, de toute conciliation avec le Front National. Les anti-sarkozystes vont donc voter François Hollande ou s’abstenir.

Hors campagne électorale, Nicolas Sarkozy assassine le Front National à chacun de ses propos. Quand on n’a pas besoin de quelqu’un, on ne lui fait pas de louanges, et on inverse dès lors qu’on en a besoin.

Par ailleurs, même dans l'entre deux tours, Henri Guaino a dit que « ceux qui votaient Front National étaient les mêmes que ceux qui avaient voulu assassiner De Gaulle ». Ce n’est pas très malin de faire une telle sortie quand on a besoin de l’électorat du FN.

Durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, vous avez donc eu le sentiment qu’il rejetait le FN ?

Absolument. Il n’a pas tenu ses promesses de 2007. En 2007 pourtant, il avait obtenu énormément de voix venant du Front National. C'est elles qui lui avaient permis d’être élu. Il n’en a pas tenu compte.

Par exemple, lorsqu’il dit qu’il va réduire l’immigration légale de moitié, il envoie le même signe qu’en 2007. Seulement ce ne sont que des paroles. C’est tout le problème pour les électeurs du Front National.

Mais alors, précisément, pourquoi allez-vous voter pour lui ?

Pour deux raisons. Tout d’abord je pense qu’il est le seul à pouvoir essayer de sauver les meubles, alors qu’avec François Hollande nous allons tout perdre. D’autre part, je ne voterai jamais pour un candidat proche du Front de gauche, avec le communisme que cela implique. François Hollande ne peut plus se passer de Jean-Luc Mélenchon, parce qu’il n’aura pas la majorité sans ses électeurs. D’ailleurs si François Hollande a obtenu 1,5% de voix de plus que Nicolas Sarkozy, c’est bien parce que Jean-Luc Mélenchon a perdu 3 à 4% par rapport à ce qui était attendu.

François Hollande est incapable de redresser la France. Il le dit lui-même : pour que son programme soit réalisable, il compte sur une croissance. Mais celle-ci ne sera pas au rendez-vous. Dès lors son programme ne vaut plus rien. Avant fin 2013 nous serions complètement dégradés avec François Hollande à la tête de la France.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !