Succession de Juan Carlos : la "bombe à retardement" Letizia | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Succession de Juan Carlos : la "bombe à retardement" Letizia
©REUTERS/Eloy Alonso

Portrait

Succession de Juan Carlos : la "bombe à retardement" Letizia

Ce lundi, le roi Juan Carlos a annoncé son abdication au profit de son fils, le prince-héritier Felipe. Dans l'ordre des choses, la femme de ce dernier, Letizia, va donc devenir reine.

"Sa Majesté le roi Juan Carlos vient de m'informer de sa volonté de renoncer au trône", a indiqué ce lundi Mariano Rajoy. Après quarante ans de règne, Juan Carlos va passer la main. Si la Constitution espagnole ne prévoit pas spécifiquement les règles entourant abdication et succession, le chef du gouvernement espagnol a indiqué qu'il réunirait rapidement son gouvernement pour fixer le processus qui mènera au couronnement de Felipe VI, le fils de Juan Carlos et héritier naturel de la couronne. Une succession qui fera fatalement de Letizia, sa femme, la nouvelle reine d'Espagne.

Née dans une famille de la classe moyenne, d'une mère infirmière syndicaliste et d'un père journaliste, Letizia Ortiz Rocasolano de son prénom complet, est née le 15 septembre 1972 à Oviedo. Petite-fille d'un chauffeur de taxi, Letizai est donc une roturière. Ses parents déménagement rapidement après sa naissance à Madrid où elle obtient son baccalauréat. Elle mène par la suite de brillantes études de journalisme en audiovisuel et débute en tant qu'assistante au journal La Nueva España à Oviedo.

Elle exerce ensuite en tant que présentatrice et reporter pour la chaîne d'informations en continu CNN+, avant d'entrer en 2000 à TVE, après un début de carrière en presse écrite. Letizia se marie civilement, et pendant un an seulement, de 1999 à 2000, à Alfonso Guerrero, un de ses professeurs de lettres avec lequel elle vivait depuis près de dix ans. Après son divorce elle couvrira comme envoyée spéciale les événements du 11 septembre et d'Irak, ce qui la fera connaître du grand public espagnol. 

La jeune femme est donc déjà divorcée lorsqu'elle rencontre Felipe, héritier de la couronne et prince des Asturies, en 2002. Leur relation sentimentale commence au printemps 2003 et sera tenue secrète jusqu'à l'annonce officielle de leurs fiançailles quelques mois plus tard, en novembre.  De leur union, en 2004, naissent deux petites filles, Leonor, en octobre 2005, et Sofia, en avril 2007.

Mais tout n'est pas si rose dans la vie de Letizia. Durant ses premières années de princesse, les Espagnols lui reprochent d'être trop distante, trop froide. Certains acceptent mal qu'une roturière ait gagné le cœur du prince. Scrutée par la presse people, elle soigne de près son apparence, jusqu'à paraître d'une extrême minceur. Une maigreur tellement exhibée qu’elle en devient suspecte et qu'elle est soupçonnée d’anorexie. Il n’en faut pas plus pour faire de Letizia une nouvelle Diana, princesse pleine de névroses et potentiellement capable d'être une bombe à retardement pour la couronne espagnole. Certains républicains se frottent même les mains et affirment qu’avec Letizia, ils possèdent le meilleur atout pour faire imploser la monarchie.

Un virage à 180 degrés se produit après le suicide de sa sœur, Erika, à l'âge de 31 ans, en février 2007. Sortant de la messe d'enterrement, Letizia, alors enceinte, est en larmes et demeure de longs moments au bras de Felipe. Entre deux sanglots, elle déclare à la presse : "Merci à toutes les personnes qui ont été attristées par la mort de ma petite sœur". Les Espagnols sont touchés et la princesse mieux acceptée.

Mais en 2010, d'autres rumeurs viennent à nouveau noircir quelque peu le tableau : l'épouse du prince Felipe serait distante avec Cristina et Elena d'Espagne. Selon plusieurs quotidiens nationaux, les relations entre la princesse Letizia et ses belles-sœurs, Elena et Cristina, seraient à l'époque  très tendues. A tel point que le roi Juan Carlos aurait  demandé à son fils Felipe d'apaiser les esprits. Le quotidien El Mundo assurait que les relations entre les trois femmes avaient  changé dès 2004 : "Letizia a changé d'attitude avec sa belle-famille le lendemain de son mariage, fixant des règles selon lesquelles la princesse ne voulait pas d'intrusion dans sa sphère privée."

En 2011, d'autres bruits de couloirs font état d'un prochain divorce entre le prince Felipe et sa femme. Pour preuve : celle-ci aurait quitté en plein été leur résidence de vacances de Palma de Majorque pour rentrer à Madrid afin de s'offrir quelques sorties entre copines en présence d'hommes très entreprenants... Il n'en fallait pas plus pour alimenter des rumeurs d'infidélité, démenties rapidement par le couple. Enfin pour couronner le tout, un sondage, mené par l'institut espagnol Sigma Dos et publié en mai dernier  à l'occasion des dix ans de mariage de Felipe et Letizia (le 22 mai 2004), montre qu'à peine plus de la moitié des Espagnols (53,3%) estiment que la princesse avait répondu à leurs attentes et seulement quatre sur dix la voyaient prête à devenir reine. Il va pourtant falloir s'y faire. 

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !