Starck signe un déambulateur design... et ça nous fait une belle jambe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Starck signe un déambulateur design... et ça nous fait une belle jambe
©

Yes we canne !

Starck signe un déambulateur design... et ça nous fait une belle jambe

La ministre déléguée aux Personnes âgées, Michèle Delaunay, a demandé au célèbre designer Philippe Starck de redonner un coup de jeune au déambulateur.

Muriel Boulmier

Muriel Boulmier

Muriel Boulmier est déléguée de l’UDI chargée du 3ème âge, et Adjointe au Maire d’Agen en charge de la politique sociale et de l’accessibilité. Elle est également l'auteure de deux rapports de missions ministérielles sur l’adaptation de la société au vieillissement, présidente du groupe de travail "Évolutions démographiques et vieillissement" du CECODHAS Housing Europe, mais aussi directrice générale du Groupe CILIOPÉE.

Voir la bio »

Des déambulateurs signés Philippe Starck ! Voilà de quoi faire rêver nos papis et mamies !

À défaut d’être nouvelle, l’idée d’apporter un peu de glamour dans les objets qui accompagnent le vieillissement est évidemment bonne. L'esthétique partagée permet de mieux faire accepter les nécessités de l’âge, et rend désirable ce qui peut être perçu comme stigmatisant. Mais pour endiguer le déni de vieillesse et défier le culte du jeunisme, choisir le déambulateur comme emblème serait plutôt un pas de côté.

La démarche du « design pour tous » bien connue des spécialistes européens du vieillissement se décline dans le quotidien, l’habitat, l’ameublement, l’équipement électroménager, électrique ou encore la configuration de l’espace.

Elle suscite un désir partagé entre les générations. La réticence française à la promouvoir s’explique par une perception erronée du design, mis à mal par l’échec de la domotique, toujours considérée comme élitiste et chère. Demander à l’un des plus célèbres designers de se mêler du déambulateur revient  donc à coller, avec un soupçon de maladresse, une étiquette à un objet qui demandait de ne pas en avoir.

Un concours de jeunes designers aurait tout aussi bien pu contribuer, plus modestement, au « design pour tous », pour tous ! Leur donner la chance d’une licence industrielle, les inscrire dans l’innovation que constitue le marché de l'âge et faire entrer ces objets dans la ligne d’investissement de l’entreprise qui leur ouvre l’accès au crédit d’impôt recherche, aurait suscité une mobilisation plus large. Le label esthétique pré-attribué à l’inventeur pré-désigné n’est pas un objectif en soi.  L’esthétique est la valeur ajoutée à l’objet quotidien, le moyen au service d'une fin : la possibilité et la facilité de l'usage par tous…

…Et partout, ce ne serait pas mal non plus. Car admettons que la nouvelle génération de quatre-cannes griffée Starck soit disponible à la supérette d’à côté : mamie met au rencart sa vieille canne et se paye un joli déambulateur rutilant. La voilà partie en ville, fière comme Artaban, bien décidée à faire pâlir de jalousie tout le club de tricot. Sauf que pour y parvenir, elle doit emprunter l’une de ces jolies rues pavées reconstituée au nom de l'élégance française… Et là, catastrophe… Il coince. Elle insiste, il persiste. Elle le rabroue, le soulève… Ouf ! L’honneur est sauf, les voilà repartis. Un pas, puis deux et… un trou ! Il tangue, mazette ! Elle va se casser la margoulette ! On vous épargne la suite, mamie a fait demi-tour, vexée comme un pou.

Le diable se cacherait-il dans les détails ? Et ce détail là serait-il un détail de taille ? Il faut croire, même, que l'état des trottoirs et chemins est une priorité absolue. Un chantier bien moins glamour qu’un déambulateur à paillettes, mais un duo indispensable. Si l’enfer est pavé de bonnes intentions, les rues pavées et autres tics urbains à la mode restent l’enfer des vieux.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !