Sorties de la Xbox One et de la PS4 : les ennemies d'hier s'allient contre les smartphones | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
"Les consoles portables et de salon sont aujourd’hui extrêmement menacées."
"Les consoles portables et de salon sont aujourd’hui extrêmement menacées."
©Reuters

Guerre des jeux

Sorties de la Xbox One et de la PS4 : les ennemies d'hier s'allient contre les smartphones

La "guerre des consoles", devenue l'un des évènements phares du monde vidéo-ludique et de l'industrie du high-tech, pourrait bien connaitre son épisode final en 2013. Et aucune console ne la gagnera...

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah

Daniel Ichbiah est écrivain et journaliste, spécialisé dans les jeux vidéo, les nouvelles technologiques, la musique et la production musicale.

Il est l'auteur de nombreux best-sellers tels que La Saga des jeux vidéos, Les 4 vies de Steve Jobs, Rock Vibrations, Le Livre de la Bonne Humeur, Bill Gates et la saga de Microsoft, etc. Daniel Ichbiah a aussi écrit Robots - Génèse d'un peuple artificiel

Parmi les biographies musicales écrites par l’auteur figurent celles du groupe Téléphone, de Michael Jackson, des Beatles, d’Elvis Presley, de Madonna (il a également publié Les chansons de Madonna), des Rolling Stones, etc. 

Voir la bio »

Atlantico : Depuis les années 1980, la guerre des consoles fait rage et la version 2013 devrait commencer en France jeudi 22 novembre avec la sortie de la Xbox One et continuera la semaine prochaine avec celle de la PlayStation 4, déjà sortie aux Etats-Unis. Quel est l’impact de l’incroyable diffusion des smartphones et des tablettes sur ce marché et sur cette guerre ? Quels sont les autres défis que doivent relever les consoles ?

Daniel Ichbiah : Les consoles portables et de salon sont aujourd’hui extrêmement menacées. Et pas uniquement par les appareils mobiles que sont les tablettes et les smartphones. Je vois trois principales menaces pour ces dernières :

Tout d’abord, Nintendo avait ouvert, avec la Wii, le marché « casual » - pour tout le monde - qu’a cassé Steve Jobs avec l’iPhone bien que ça n’ait probablement pas été son but initial mais dont le modèle de jeux à trois ou quatre euros rend très difficile de vendre des consoles portables. De plus, les parents préfèrent de loin acheter une tablette avec laquelle l’enfant ou l'adolescent pourra faire beaucoup d’autres choses là où une console est résolument destinée au jeu.

De l’autre côté, les PC évoluent très vite et sont de plus en plus "customisables" en changeant des composants. Aussi, la plateforme de jeu Steam permet d’avoir accès à de très nombreux jeux pour des coûts modiques, voire inexistants - ce qui a encore tendance à entamer les parts de marché des consoles. Ces dernières, en effet, bien que plus puissantes que les ordinateurs, n’évoluent plus jusqu’à la génération suivante… La communication entre téléviseurs et PC étant devenue de plus en plus facile, les consoles n’ont plus grand-chose pour se différencier si ce n'est les manettes qui seront toutefois un jour remplacées par des accessoires connectables.

Pour terminer, il est de plus en plus facile de « fabriquer » des consoles alors que fut un temps il s’agissait d’un véritable défi technique. Avec  l’iOS, Android et autres, supporter des jeux est désormais très simplifié, sans parler des consoles développées en open source.

Sur quels éléments se jouera ce nouvel épisode de la guerre des consoles ? S’est-elle véritablement adoucie comme de nombreux observateurs le disent ?

Les deux consoles se sont concentrées sur des choses différentes et pour ma part je parierais plutôt sur la Xbox One. Celle-ci est taillée sur mesure pour le marché américain aussi bien au niveau des jeux – en particulier le nouvel opus de Halo – que par sa forte orientation « réseau » et les options types Kinect qu’elle intègre. Elle est faite pour les chambres d’étudiants américains ou les appartements de jeunes actifs. Mention spéciale pour son interface à la Minority Report où l'on peut "balayer" de la main les items.

De son côté, la PS4 présente une rare puissance graphique, du jamais vu dans le monde des jeux vidéo, et devrait l'emporter dans le reste du monde. Sony a également mis le paquet sur la communication entre la PS4 et les appareils mobiles, avec notamment l’iPad et l’iPhone. Malgré les grandes qualités techniques des deux consoles, elles sont effectivement acculées, et le combat ne se mène pas tellement entre elles que par rapport aux nouveaux supports. Je ne serai pas surpris que ce soit la dernière génération de consoles au sens où nous les percevons. Je ne suis pas certain qu’il y ait un jour une PlayStation 5…

Pour y survivre, les consoles doivent-elles se « low-costiser » pour se rapprocher de ces supports ou au contraire se réserver au hardcore gamers ? Existe-t-il seulement une bonne stratégie ?

Monter encore en gamme ne semble pas pertinent vu le contexte économique actuel et la propension à dépenser en dépression. La console devient presque un objet superflu en comparaison d’une tablette qui aura des usages différents. Évidemment, le million d’exemplaire de PS4 vendu aux États-Unis laisse penser le contraire mais à long terme, j’ai un sérieux doute sur les opportunités de ce marché.

Reste donc effectivement les hardcore gamers, à la recherche de jeux très poussés, mais vu la part de la population que cela représente… Quant à la stratégie « casual » pour les consoles, lancée par Nintendo il y a quelques années et que j’évoquais précédemment, elle est déjà totalement dévorée par les smartphones et les tablettes. La dernière fonction permettant de se différencier est la convivialité, les "plusieurs joueurs dans la même pièce". A n’en pas douter, la communication entre écrans télé et tablettes, qui ne saurait tarder à se développer, devrait ne pas lui laisser beaucoup de place là non plus.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !