Somnifères : comment les intérêts des firmes pharmaceutiques ont pris le contrôle de notre sommeil – un droit de réponse du Quotidien du Médecin | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Somnifères : comment les intérêts des firmes pharmaceutiques ont pris le contrôle de notre sommeil – un droit de réponse du Quotidien du Médecin
©

Précisions

Somnifères : comment les intérêts des firmes pharmaceutiques ont pris le contrôle de notre sommeil – un droit de réponse du Quotidien du Médecin

Suite à un article publié sur Atlantico qui faisait référence au Quotidien du Médecin, le journal a souhaité exercer son droit de réponse.

À la suite de l’article publié le 21 avril 2013 sur le site Atlantico, intitulé « Somnifères : comment les intérêts des firmes pharmaceutiques ont pris le contrôle de notre sommeil » , nous avons reçu cette demande droit de réponse.

Le 21 avril 2013 vous avez publié dans la rubrique "Bonnes feuilles" : "Somnifères : comment les intérêts des firmes pharmaceutiques ont pris le contrôle de notre sommeil".

Cet article vise expressément le journal "Le Quotidien du Médecin" que notre société édite et distribue, et le met directement en cause. Plus précisément, il comporte les inexactitudes et mensonges suivants :

1)      Il est écrit que le Quotidien du Médecin est un journal gratuit alors que nous avons plus de 30 000 abonnés payants et que comme la commission paritaire nous en donne droit, nous avons une faible diffusion gratuite pour les généralistes à titre de prospects, afin de recruter des abonnés nouveaux.

2)      Nous n’avons pas comme ressources que de la publicité pharma, loin de là, car elle ne représente désormais que 40% de notre C.A., le reste étant constitué par les abonnements, les annonces classées et la publicité d’autres origines (mutuelles, industries diverses, banques, assurances, pouvoirs publics, etc…).

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !