SMIC Jeunes, Emplois d’avenir, CPE, stages : qu’est-ce qui peut bien marcher ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
SMIC Jeunes, Emplois d’avenir, CPE, stages : qu’est-ce qui peut bien marcher ?
©Reuters

Start up + politique

SMIC Jeunes, Emplois d’avenir, CPE, stages : qu’est-ce qui peut bien marcher ?

Une émission Start Up + politique réalisée en partenariat avec Atlantico et Maddyness.

Jeanne Dussueil

Jeanne Dussueil

Jeanne Dussueil est journaliste indépendante.

Voir la bio »

Et si on confrontait le monde politique avec la génération Start Up, dans un débat d’actualité ? C’est la proposition de notre rendez-vous Atlantico.fr, avec Maddyness.com et Webcastory. Pour le numéro 2, c’est un plateau "spécial Jeunes" qui cherche les solutions.

La Grande-Bretagne qui rit, la France qui pleure. Sur l’île voisine, le taux de chômage des jeunes a atteint un record historiquement bas chez les 16-24 ans, selon les derniers chiffres du bureau national des statistiques publiés cette semaine. Au Royaume-Uni, il plafonne à 19,1%, en baisse de 1,9% d’une année sur l’autre. Soit le taux le plus faible enregistré au Royaume-Uni depuis 2009 !

En France, on est encore loin de pouvoir fanfaronner. 22% des jeunes sont en recherche d’emploi. Et ici, c’est l’inverse ; c’est historiquement élevé dans l’histoire de la Ve République, selon le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) début avril.

Parmi eux, ce sont les non-diplômés qui sont les premiers touchés par la paralysie du marché de l’emploi. Ils sont près d’un sur deux (48%) à ne pas trouver un job. “En France, depuis des années, le taux de chômage des jeunes est plus du double du taux global et l'écart a tendance à augmenter”, entonnent inlassablement les économistes.

Avec l’idée du “SMIC jeunes” qui refait surface, se pose la question de l’efficacité des mesures prises depuis ces dernières années, et surtout, comment les jeunes les vivent.

Face à ce constat, impossible pour notre rendez-vous des idées de ne pas chercher des solutions. Avec une teinte toute particulière, en forme d’hommage à une génération qui doute d’elle-même. Pour cette fois, c’est un plateau “100% jeunes” ; au-delà des clivages traditionnels. L’ambiance à l’enregistrement fût d’ailleurs plutôt harmonieuse, entre les trois jeunes invités, désireux de se saisir du sujet une bonne fois pour toute.

Voilà qui peut peut-être rassurer les 700.000 jeunes Français au chômage, et les plus de 5,5 millions dans toute l’Europe. Bientôt, peut-être, ils n’auront plus à taguer des lapins sur les panneaux de circulation des villes pour tuer le temps, comme le raconte une jeune femme dans la presse. Même si, à Start Up+Politique, on apprécie particulièrement les esprits créatifs.

Cette semaine, on tente donc de comprendre le phénomène avec Jonas Haddad des Jeunes UMP, la jeune entreprise MyJobCompany et le syndicat UNEF.

En bonus cette semaine: le teaser fabriqué ici


Retrouvez la page de l’émission : www.startup-plus-politique.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !