Médicament sur mesure : ces pilules personnalisées que pourrait bientôt vous fournir votre médecin grâce à une imprimante 3D | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Médicament sur mesure : ces pilules personnalisées que pourrait bientôt vous fournir votre médecin grâce à une imprimante 3D
©Reuters

Tout en un

Médicament sur mesure : ces pilules personnalisées que pourrait bientôt vous fournir votre médecin grâce à une imprimante 3D

Ce procédé présente notamment l'avantage d'être directement accessible aux médecins, afin de produire le médicament dans des conditions simples, et en peu de temps.

Si cette idée a longtemps été considérée comme fantaisiste et irréalisable, le comprimé unique pourrait bientôt être à la portée de la médecine, et accessible aux malades soumis à plusieurs traitements quotidiens. Des scientifiques de la National University de Singapour sont parvenus à utiliser une imprimante 3D pour concevoir et réaliser un comprimé unique, contenant plusieurs doses de différents médicaments, dont il est possible de contrôler la posologie et la diffusion dans l'organisme à un moment précis de la journée. 

Ce procédé élaboré par les chercheurs de l'université de Singapour présente notamment l'avantage d'être directement accessible aux médecins, afin d'être produit dans des conditions simples, et en peu de temps, rapporte le magazine Smithsonian. Ce système ne nécessite pas non plus de calculs mathématiques trop complexes pour la création du profil de chaque nouveau patient. L'emploi d'une imprimante 3D disponible dans le commerce fait de cette technologie une méthode assez peu onéreuse, alors qu'elle semblait encore irréalisable aux yeux des spécialistes il y a quelques années.

Ce nouveau type de traitement repose sur l'utilisation d'un polymère (une substance composée de macromolécules) afin de bien séparer chaque médicament, et de dissoudre, selon un schéma prédéfini, la dose appropriée de chaque substance à une heure précise. Selon les chercheurs, il sera un jour possible pour les médecins de créer grâce à cette innovation des comprimés "personnalisés" pour chaque patient depuis leur cabinet. Pour ce faire, le médecin programmera avec un ordinateur chaque médicament dont son patient a besoin, ainsi que le dosage et la fréquence. Sera ainsi créé un modèle informatique adapté pour chaque traitement. 

"Pendant très longtemps, le concept de pilule personnalisée est resté inexploré, car il était bien trop complexe et coûteux de le réaliser. Cette nouvelle méthode de fabrication de médicament change complètement la donne. Elle est simple d'un point de vue technique, relativement peu coûteuse, et polyvalente. Elle peut être appliquée avec des paramètres individuels, afin que les spécialistes puissent produire des comprimés personnalisés à la demande pour chaque patient, mais se prête aussi à des procédés de production de masse pour les laboratoires pharmaceutiques", explique le Professeur Soh Siow Ling, de l'université de Singapour, cité par Science Daily

Chacun de ces modèles sera ensuite transmis à une imprimante 3D, qui réalisera un moule unique. Après avoir été mélangé avec le liquide polymère, le médicament sera versé dans ce moule. Si aucune date précise n'a encore été communiquée quant à la disponibilité de ce type de traitement, les scientifiques sont d'ores et déjà en discussion avec des acteurs importants de l'industrie pharmaceutique pour préparer l'arrivée de cette "pilule magique" sur le marché. 

Certaines méthodes de production de comprimés avec une imprimante 3D existent déjà, et permettent une relative flexibilité, mais elles atteignent rapidement leurs limites : un dosage trop faible, un rythme de diffusion discontinu, les molécules étant généralement libérées en grande quantité dès le départ. S'ajoute enfin le manque de durabilité de ces comprimés, qui ne sont adaptés qu'à certains types de molécules, et ne peuvent donc traiter qu'un nombre restreint de patients. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !