Simon Hantaï, un artiste flamboyant de l'abstraction française | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Simon Hantaï, un artiste flamboyant de l'abstraction française
©

Atlanti-culture

Simon Hantaï, un artiste flamboyant de l'abstraction française

A l’occasion du centenaire de la naissance de Simon Hantaï (1922-2008), une magnifique exposition consacrée à cet artiste majeur

Culture Tops

Culture Tops

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.). Culture-Tops a été créé en novembre 2013 par Jacques Paugam, journaliste et écrivain, et son fils, Gabriel Lecarpentier-Paugam.

Voir la bio »

THÈME

Simon Hantaï est encore méconnu du grand public, malgré la rétrospective qui lui avait été consacrée en 2013 au centre Georges Pompidou. Cette exposition organisée en collaboration avec la famille Hantaï, rassemble les œuvres de l’artiste, créées entre les années 1957 et 2004, dont une grande partie provient de collections particulières et n’a jamais été exposée.

Le parcours de 2 700 m2 sur 2 étages de la fondation Vuitton permet de découvrir 130 tableaux pour la plupart de grand format. La scénographie met en évidence l’influence d’Henri Matisse et de Jackson Pollock sur la  peinture de Simon Hantaï. Une rencontre décisive sera celle  d’André Breton en 1953, qui lui proposera d’organiser sa première exposition personnelle à la galerie surréaliste  l'Étoile scelléeSes relations d’amitié et de travail avec Michel Parmentier et Daniel Buren sont également convoquées dans l’exposition. Daniel Buren a d’ailleurs créé une œuvre in situ en hommage à Simon Hantaï.

Le catalogue de l’exposition est disponible au prix de 49,90 €. Deux entretiens avec Zsuzsa Hantaï, l'épouse de Simon Hantaï, et Daniel Buren, constituent une introduction éclairée sur les 130 tableaux de l’artiste reproduits dans le catalogue, qui couvre les grandes périodes de son œuvre. La chronologie de la vie de Simon Hantaï est également décrite par le commissaire de l’exposition Anne Baldassari.

POINTS FORTS

Les médiatrices présentes dans l’exposition,  sont disponibles pour expliquer le processus créatif de Simon Hantaï, dont la technique consiste à plier sa toile avant de la peindre, puis la froisser de bord en bord pour repasser ensuite sur sa toile en utilisant un rouleau compresseur, et finalement peindre sur les parties restantes accessibles du support.

La toile une fois dépliée donne naissance à des formes imprévisibles, émergeant du hasard. C’est à la fois un univers poétique et vif en couleur, souvent évocateur d’un monde végétal voire onirique.

QUELQUES RÉSERVES

Aucune réserve.

ENCORE UN MOT...

La période estivale est un excellent moment pour faire connaissance avec Simon Hantaï.  Les conditions de visite de l’exposition sont agréables et propices à admirer ses tableaux colorés, saisissants, véritable invitation à la méditation. Ne manquez surtout pas les belles émotions qu’ils font jaillir !

UNE ILLUSTRATION

L'AUTEUR

Artiste français né en Hongrie en 1922, Simon Hantaï s’installe à Paris en 1948 grâce à une bourse du ministère hongrois de la Culture. Il y réalise l’ensemble de son œuvre.  En 1967 Simon Hantaï reçoit le premier prix de la Fondation Maeght, et représente la France à la 40ème Biennale de Venise en 1982.

L’artiste décide ensuite de se retirer de la vie publique, ce qui ne l’empêche pas d’effectuer une importante donation au Centre Georges Pompidou en 2003. Il meurt à Paris en 2008.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !