Sexe, amour et Internet : les 18-24 ans sont passés de l'artisanat à l'industrie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Sexe, amour et Internet : 
les 18-24 ans sont passés 
de l'artisanat à l'industrie
©

Tu sais que tu as de cyber beaux yeux ?

Sexe, amour et Internet : les 18-24 ans sont passés de l'artisanat à l'industrie

Plus de la moitié des Français de 18 à 34 ans estiment gérer leurs relations sentimentales "comme leurs carrières", selon une étude Meetic-Opinion Way. Les sites de rencontre ont-ils contribué à libéraliser l'amour ?

Pascal Laderllier

Pascal Laderllier

Pascal Lardellier est professeur des Universités en science de l’information-communication à l’Université de Bourgogne (Dijon). Il est également l'auteur des Réseaux du coeur aux éditions Bourin.

Voir la bio »

Atlantico : Lorsqu'il s'agit de faire des rencontres amoureuses, qu'a apporté le net, en bien comme en mal ?

Pascal Lardellier : Les sites de rencontres permettent une triple économie : de temps, d'argent et d'émotionnel. Une fois inscrit, on peut contacter des centaines de personnes en quelques clics grâce à la "magie" d'une lettre en copié-collé ... pour une somme modique. Surtout, un "râteau numérique" ne coûte rien ! Pas de réponse, une réponse négative ? On passe à la fiche suivante et voilà ! Les sites de rencontres ? Le paradis des hommes timides, des "en couple" adeptes de la duplicité, des mamans célibataires, de tous ceux qui veulent rencontrer vite, souvent, beaucoup, à petit prix. Et en plus, cela fonctionne aussi bien pour le sexe que pour le grand Amour. Pour preuve : les dizaines de milliers de couples Internet ... et les milliers de bébés du Web.

Comment évoluent les exigences des utilisateurs de ces sites ? Les gens deviennent-ils plus exigeants ?

indéniablement. Internet a introduit une incroyable impatience dans les rapports amoureux. Un bug dans la relation ? Un problème ? On peut zapper et retourner se connecter, on sait que la Machine peut nous présenter des centaines de nouveaux prétendants. Il est de plus en plus difficile de constituer un couple tant il y a de tentations, en particulier numériques... Et si Internet est un grand marieur, c'est aussi un formidable démarieur ! On connaissait tous, il y a quelques années, des couples s'étant constitués grâce à la toile ? De plus en plus, nous connaîtrons des couples qui se sont quittés à cause d'Internet.

Cette manière d'organiser ses relations, de les libéraliser ... commençons nous, avec Internet, à construire nos vies sentimentales de la même manière que nos carrières professionnelles ?

Oui. L'ère est au libéralisme et celui-ci gagne les relations. Sur le net, pour bien draguer, il convient d'avoir un rendement, une efficacité, une rentabilité optimum. Le speed-dating, calqué sur les entretiens de recrutement, avait bien ouvert la voie. Sept minutes pour se faire embaucher ... ou pour séduire. Sinon, au suivant, à la suivante ! Sur le net la drague passe de l'artisanat à l'industrie. La Toile entérine vraiment le "marketing amoureux" et ouvre les jeux de l'amour et du marché, des thèmes que je développe et étaye, témoignages à l'appui, dans mon enquête. 

Les gens en quête d'amour sur Internet ont-ils tous le même profil ?

Le marché s'est ouvert, segmenté. De nos jours, tout le monde est inscrit sur le "net sentimental" car il y a une évolution vers des sites de niches et chacun peut trouver un site pour le satisfaire. En France au moins 6 millions de personnes fréquentent ces sites et ils appartiennent à toutes sortes de catégories socio-culturelles, professionnelles, démographiques...

Sur le net, l'amour est-il dénaturé ? Ce sentiment est-il en train de devenir une sorte de fardeau plus contraignant qu'autre chose ?

On aime toujours comme une l'époque nous y autorise. Une époque, c'est un ensemble de valeurs autant que de technologies. En 2012, c'est le net qui a emporté la mise et qui constitue les couples, qui s'aiment pour la nuit ou pour la vie. Qu'on le déplore ou qu'on s'en félicite, c'est un signe des temps, révélateur d'une époque accordant de plus en plus de place aux technologies ... et au business ?

Propos recueillis par Valérie Meret

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !