"Selon Saint-Marc" : l'Evangile comme vous ne l'avez jamais lu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Selon Saint-Marc" : l'Evangile comme vous ne l'avez jamais lu
©

Atlanti-culture

"Selon Saint-Marc" : l'Evangile comme vous ne l'avez jamais lu

Les lectures d'été de Culture-Tops.

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon pour Culture-Tops

Danielle Mathieu-Bouillon est chroniqueuse pour Culture-Tops.

Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio »

"Selon Saint-Marc"

De Sandro Veronesi

Grasset

RECOMMANDATION

Excellent

THÈME

Une restitution très personnelle mais néanmoins objective de l’évangile de Saint Marc. L’auteur semble traiter le sujet d’une manière un peu malicieuse et quelque peu iconoclaste. Son option est que Marc a écrit pour un public romain, dans le but de le convertir. La narration tient du scénario de film avec souvent des analogies cinématographiques. Veronesi fait le récit de la vie d’un héros solitaire et mystérieux, le Christ.

POINTS FORTS

1- D’emblée, Veronesi annonce la couleur. Il n’est pas spécialiste du sujet, il n’est même pas croyant. Le déclic fut peut-être la connaissance de la lettre du Pape Jean-Paul II invitant à lire cet évangile de Saint-Marc. Véronesi est sidéré par le rythme, l’action, l’économie de description et même l’absence de grands discours, comme le « sermon sur la montagne ». Mais il est séduit et conclut que cet évangile fut certainement le premier des quatre synoptiques.

2- Sa façon de nous persuader que Marc s’adresse à des romains, un peuple d’action et d’armes, qui ne connaît rien aux coutumes juives et qui ne s’y intéresserait d’ailleurs pas, tend à démontrer que c’est pour cette raison que l’évangile accorde moins de place à la parole de Jésus qu’à son action.

3 - Au-delà du « scénario » digne de Tarentino, Veronesi admet qu’il a consacré la deuxième partie de son livre à des notes qu’il demande au lecteur de ne pas lire au fur et à mesure, mais de ne découvrir qu’après sa première partie narrative. Il cherche à élucider la mystérieuse personnalité de Jésus, comme dans un « polar » et met l’accent sur sa manière d’agir, puis de s’éloigner, en demandant aux témoins de ses miracles de ne rien dire. Cet aspect énigmatique contrastant avec le peu d’intelligence manifestée par ses apôtres.

4- Les apôtres finiront par comprendre après la crucifixion, voyant la confirmation de tout ce que Jésus leur avait annoncé.

POINTS FAIBLES

A partir du moment où l’on admet l’angle de vue de Veronesi, je trouve qu’il construit son ouvrage avec cohérence; donc à cet égard, je ne vois pas de point faible.

EN DEUX MOTS ...

Même si le lecteur est croyant, à mon sens il ne s’offusquera pas de l’apparente légèreté du propos. Au contraire, il découvrira dans les notes que Veronesi prend son sujet plus au sérieux qu’il n’y paraît. De plus, il sera certainement séduit, comme je le fus moi-même, par son sens de l’humour. Mais surtout, il aura envie de retourner à la véritable source et, qui sait, découvrir ou relire l’évangile de Marc, voire des trois autres.

L'AUTEUR

Sandro Veronesi est né en Toscane en 1959. Diplômé d’architecture, il se lance dans l’écriture avec des romans pour lesquels il remporte des prix, dont le Prix Fémina pour « Chaos calme », qu’il adapte au cinéma pour Nanni Moretti. Récemment chez Grasset, il a publié « Terrain vague » (2010), « Un coup de téléphone au ciel » (2014) et « Terres rares » (2016).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !