Salon du mobile de Barcelone : quelles tendances nous vend-on alors que l’innovation plafonne ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Salon du mobile de Barcelone : quelles tendances nous vend-on alors que l’innovation plafonne ?
©Reuters

Devine d’où je t’appelle

Salon du mobile de Barcelone : quelles tendances nous vend-on alors que l’innovation plafonne ?

Le salon mondial du mobile a ouvert ses portes à Barcelone ce lundi 22 février. Le temps des innovations révolutionnaires est pour l'instant révolu, mais de solides avancées sont au programme.

Yvon Moysan

Yvon Moysan

Yvon Moysan est diplômé de Harvard et de l’ESSEC. Il est Lecturer de Digital Marketing et Directeur Académique du Master en Apprentissage Digital Marketing et Innovation à l’IESEG School of Management. Ses travaux de recherche académique s’articulent autour du Digital et notamment des objets connectés. Il est, dans ce cadre, membre de la chaire Digital Banking et Big Data du Crédit Agricole Nord de France. Il est par ailleurs Président fondateur de Saint Germain Consulting, cabinet de conseil en Digital Marketing spécialisé dans les secteurs Banque, Assurance et Retail. Il a occupé précédemment différents postes de management en Digital Marketing au sein de banques ou assurances internationales (Siège mondial AXA, HSBC France, BNP PARIBAS – Banque Directe). Il intervient régulièrement en France comme à l’étranger comme public speaker dans différentes conférences professionnelles ou académiques (In Banque, Mobile Shopping Europe, EFMA, CCM Benchmark etc.). Il publie également dans différentes revues professionnelles (Revue Banque, Banque et Stratégie). Ses publications sont accessibles ici.
 

Voir la bio »

Atlantico : Le salon mondial du mobile a ouvert ses portes à Barcelone ce lundi 22 février. Quelles sont les grandes nouveautés de l'année 2016 ?

Yvon Moysan : Dans cette édition 2016, on retrouve bien entendu des smartphones pour les constructeurs. Parmi les vedettes du salon nous pouvons citer le nouveau Galaxy S7 et sa version S7 edge aux bords incurvés qui bénéficient de quelques évolutions par rapport à la version précédente. Ils sont par exemple étanches jusqu'à un mètre de profondeur pendant 30 minutes, ils ont un emplacement micro SD permettant d’augmenter la mémoire interne, une fonction "Always on display" qui permet d'afficher en permanence à l'écran des informations importantes sans avoir à allumer le smartphone ou encore un capteur photo amélioré. Nous pouvons également citer le LG G5, un smartphone capable d'accepter des modules externes. Ainsi, la partie basse du téléphone se détache, permettant d’extraire la batterie, de la remplacer, mais aussi d’ajouter au mobile deux modules. Le premier se nomme « Cam Plus » et est dédié à la photo. Il intègre une batterie, mais aussi des boutons physiques et un surcroît d’épaisseur à la partie du téléphone reprenant le concept de la poignée « grip » sur un appareil photo conventionnel que l’on tient dans la main et qui permet ainsi de faciliter la prise de vues. Le second, le « Hifi Plus », développé conjointement avec la marque Bang & Olufsen, est un DAC audio permettant d’améliorer la qualité de restitution du smartphone.

Au-delà des smartphones, les constructeurs ont également présenté toute une série de nouveaux objets. Si on poursuit avec LG, a ainsi présenté un nouveau casque de réalité virtuelle qui, une fois connecté au G5, peut simuler un téléviseur de 130 pouces, mais aussi une caméra capable de filmer à 360° : la LG 360 CAM. Le contenu ainsi créé peut ensuite être enregistré sur Google Street View et sur YouTube360 et lu sur n’importe quel appareil qui accepte le contenu à 360° degrés. Enfin LG a présenté le LG Rolling Bot un robot présenté comme étant un système de surveillance de la maison ou encore un compagnon pour animaux de compagnies et qui roule comme une balle tout en capturant des images et de la vidéo avec sa caméra embarquée.

Du côté des opérateurs, on retrouve cette fois la 5G, grâce à laquelle les débits sur smartphone pourraient être de 10 à 100 fois supérieures à ce qu’offre la 4G actuellement, soit des débits de l’ordre du gigaoctet à la seconde. Une technologie que la Corée du Sud envisage de rendre disponible pour les Jeux olympiques d’hiver de 2018, qui se dérouleront chez elle.

Qu'est-ce que les nouveaux produits présentés pendant ce salon nous disent des grandes tendances dans le marché mondial du mobile ?

On peut en citer plusieurs, la première pourrait être le rôle central que devrait jouer le smartphone dans l’écosystème des objets connectés. Le smartphone tend en effet à devenir le cœur d'un système autour duquel gravitent des centaines d'objets connectés. Depuis son smartphone, il est désormais possible de gérer à distance tout ce qui se passe à l'intérieur de sa maison, que ce soit la sécurité, le chauffage, les va-et-vient des habitants et le tout via une seule application et non de multiples applications pour chaque objet connecté comme c’était le cas il y a encore quelques mois.

La seconde tendance pourrait concerner de nouveaux usages voir de nouveaux services rendus possibles par le 5G et ses débits gigantesques. On peut très bien en effet imaginer dans ce cadre la possibilité de télécharger plusieurs films en une seconde, de regarder des vidéos en ultra haute définition et pourquoi pas de discuter avec un hologramme. Cela a également pour incidence d’accroître de manière significative le nombre de données générées par chacun d’entre nous et donc potentiellement de générer de nouvelles sources d’informations disponibles pour personnaliser les produits et services proposés par les entreprises qui les exploitent comme les opérateurs télécoms, l'automobile, la santé, les banques et assurances ou les médias.

La dernière tendance pourrait concerner un accroissement potentiel de la virtualisation de notre vie quotidienne avec l’avènement annoncé pour cette année de la réalité virtuelle largement favorisé par l’arrivée de Mark Zuckerberg qui en s’invitant à la conférence de presse de Samsung dimanche soir dans une mise en scène à la gloire de la technologie a totalement éclipsé la présentation des nouveaux smartphones Galaxy S7.

Sur quoi se démarquent les différents acteurs du marché du mobile aujourd'hui ? N'ont-ils pas atteint un plafond en terme d'innovation ?

Sur le smartphone, il existe de nombreux critères de différenciation, cela peut aussi bien concerner les caractéristiques techniques du smartphone comme la puissance du processeur, l’autonomie de la batterie ou encore la qualité de l’appareil photo, mais aussi le design ou la taille de l’écran ou encore le prix. Il est également possible de se distinguer en offrant des particularités au smartphone comme le fait d’être étanche ou modulaire en permettant de rajouter un objectif grand angle ou encore une caméra à batterie autonome. Sur ces différentes options, il semble que cette année encore, certains constructeurs n’aient pas été à court d’idée. Akyumen a ainsi équipé un smartphone d'un projecteur de poche permettant de transformer n'importe quelle surface en une sorte de cinéma personnel.

Autre stratégie, les constructeurs peuvent aussi décider de se positionner sur un segment de marché spécifique, cela peut être celui des professionnels par exemple. Là aussi, le constructeur Cat a innové cette année en présentant le S 60, un téléphone ciblant principalement les pompiers, les plombiers, les électriciens ou les mécaniciens. Il s’agit en effet du premier téléphone intégrant une caméra thermique permettant de vérifier la température des canalisations, d’identifier des personnes dans le noir ou encore de détecter des sources de chaleur.

Quels sont les grands marchés qui restent à conquérir pour les constructeurs de mobile ?

Plus que des marchés, je citerai des zones ayant certaines particularités. J’en citerai deux. La première concerne les zones où la rentabilité est difficile. Je pense aux régions handicapées par une géographie difficile, les zones montagneuses ou encore les îles où l’étendue du territoire et la faible densité rend tout investissement compliqué à rentabiliser. Le second concerne les zones où le contexte géopolitique est instable, je pense donc malheureusement à plusieurs pays d’Afrique comme la Somalie, l’Erythrée ou le Soudan du sud.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !