Sabrina ben-Yelles‏ - Betclic : "Recruter six fois plus de joueurs pendant la coupe du monde" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Sabrina ben-Yelles, directrice marketing Betclic
Sabrina ben-Yelles, directrice marketing Betclic
©Betclic

L'interview Atlantico Business

Sabrina ben-Yelles‏ - Betclic : "Recruter six fois plus de joueurs pendant la coupe du monde"

Course hippique, paris sportifs ou poker, les sites de paris en ligne sont nombreux à se disputer les 1,09 million de joueurs actifs de ce marché. Parmi eux, Betclic. Propriété de l’homme d’affaire Stéphane Courbit, le bookmaker a réalisé l’acquisition du site Everest Poker il y a un an. Pour l’heure, c’est la coupe du monde qui intéresse Sabrina ben-Yelles, la directrice marketing de la marque. Le site espère multiplier par 6 le nombre de joueurs actifs durant les deux mois de l’évènement.

On sait désormais quels seront les premiers matchs de la coupe du monde 2014. Quelle stratégie allez-vous mettre en place pour cet évènement ?

Une coupe du monde chez Betclic c'est un assez symbolique car on compte beaucoup dessus en terme de développement. Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'une idée très simple régit notre secteur : quand il y a de l'offre, il y a de l'activité. C'est donc une belle vitrine pour faire découvrir le pari sportif aux Français et cela nous permet de recruter de nouveaux parieurs, le foot représentant les deux tiers des mises sur le marché. Sur un mois de juin "classique", on va recruter environ 5000 parieurs, pour le mois de juin 2014 on estime pouvoir en recruter 6 fois plus. Pour nous, la coupe du monde a déjà commencé dès les premières étapes de qualification où nous avons lancé notre programme "Objectif Brésil" dont la figure de proue est Sonny Anderson, joueur brésilien mais surtout qui a fait les belles années de l'Olympique Lyonnais. Nous serons également entourés de Marcel Desailly, cela permettra de jouer cette dualité France/Brésil. 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE ÉDITION ATLANTICO BUSINESS]

Une de vos priorités c'est le mobile, que représente-t-il pour votre business ?

C'est une priorité forte depuis longtemps ce qui nous permet de constater, aujourd'hui, que plus de la moitié de nos joueurs ont déjà parié via notre application mobile sur smartphone ou sur tablette. Plus révélateur encore, on constate désormais que 43% des mises se font via le mobile. On le considère donc non pas comme un canal parallèle mais bien comme un moyen à part entière d'accéder à notre business. Pour les prochains mois, un de nos enjeux va être de systématiser l'utilisation du mobile auprès de nos joueurs, on estime ainsi qu'ils seront plus nombreux et plus préparés à cette coupe du monde.

Vous avez annoncé récemment vouloir relancer vos activités de Poker en ligne. Pourtant quelques concurrents ont fermé leurs portes depuis. Quelles sont vos motivations à y retourner ?

Nos motivations sont assez rationnelles. La première, c'est que l'on a beaucoup parlé de ces rooms de poker en ligne qui ont disparu. Il y avait, d'une part, des sites qui avaient des moyens marketing faibles et, d'autre part, des rooms de poker en ligne de casinotier qui n'avaient pas d'expérience réelle pour faire marcher un pure-player. Par contre, si vous regardez le reste du marché, les Winamax, les PokerStars sont bien là. Donc le marché est simplement en train de se concentrer sur ceux qui sont experts dans cette industrie et sur ceux qui ont les moyens d'aller défendre leurs parts de marchés. Avec nos deux marques Betclic Poker et Everest Poker, il y a une vraie ambition de challenger le marché, car si on s'en tient à nos études, nos rooms ont exactement le même niveau de notoriété que les principaux concurrents sur notre cible qui est un internaute homme entre 25 et 50 ans. Enfin, il y a un avantage économique clair : grâce au pari sportif sur Betclic, on lèvera un nombre important de joueur vers le poker sans dépenser un sou de plus en marketing.

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !