Rumeur de liaison avec Julie Gayet : ce que cela permet de comprendre de François Hollande | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Julie Gayet.
Julie Gayet.
©Reuters

Editorial

Rumeur de liaison avec Julie Gayet : ce que cela permet de comprendre de François Hollande

La façon dont le chef de l’Etat gère ses différentes relations sentimentales raconte quelque chose de lui.

Pierre Guyot

Pierre Guyot

Pierre Guyot est journaliste, producteur et réalisateur de documentaires. Il est l’un des fondateurs et actionnaires d’Atlantico.

 

Voir la bio »

« Je ne voulais pas qu’on prenne une photo de moi au petit matin, glauque ». Cette déclaration n’est pas un extrait en avant-première de la conférence de presse que François Hollande tiendra cet après-midi, mais un passage des vœux adressés par Nicolas Sarkozy à la presse en janvier 2008. « Avec Carla, c’est du sérieux » prononcé alors était resté dans les mémoires. L’explication du président de la République de l’époque sur les raisons pour lesquelles il rendait lui-même publique sa relation avec la chanteuse italienne ont plus souvent été oubliées et résonnent étrangement aujourd’hui.

Autre bégaiement de l’histoire (la petite), la façon dont Valérie Trierweiler explique avoir pris connaissance de la liaison de son compagnon avec l’actrice Julie Gayet est rigoureusement identique à celle dont Ségolène Royal avait appris en août 2007 le rôle joué par madame Trierweiler dans la vie de son mari. Là encore, des photos volées. Là encore, publiées par le magazine Closer.

L’histoire ne se répète jamais si ce n’est sous forme de farce, expliquait Karl Marx (je précise, parce qu’il n’est pas courant qu’un éditorialiste fasse appel à lui sur Atlantico…). Cette fois-ci, la farce a un goût amer. Parce qu’on imagine combien sont douloureux l’étalage de ces déchirements et les sarcasmes pour celles et ceux qui sont directement concernés, à tel point que l’une des protagonistes de l’affaire doit être hospitalisée ! Aussi parce que la gestion de ces affaires intimes raconte quelque chose de ceux qui les vivent et d’abord et avant tout de François Hollande (non pas que le rôle des femmes dans cette histoire soit moins important. Simplement, elles ne sont pas président de la République…).

Laissons de côté les considérations morales : à moins d’en faire partie, personne ne sait ce qui se passe réellement au sein d’un couple.  Par contre, à deux reprises le chef de l’Etat semble avoir été à la fois incapable de trancher entre deux histoires sentimentales et incapable d’annoncer lui-même la teneur de ses relations aux intéressées, tout en affichant une imprudence qui frise la naïveté en espérant que pareilles aventures pourraient passer inaperçues à l’époque d’internet. Sa relation avec Julie Gayet était à ce point discrète et passagère qu’il y a presque un an déjà, l’actrice annonçait à l’AFP qu’elle portait plainte contre X contre ce qui était alors « la rumeur » !

Sans rapport direct avec cette agitation actuelle, le magazine politique trimestriel « Charles », consacre  fort opportunément (il a été imprimé avant la publication des photos par Closer) son tout dernier numéro au président de la République avec un important dossier intitulé « Comprendre François Hollande ». De longues interviews des vieux amis du chef de l’Etat – Bernard Chassagne, ancien secrétaire de la section du PS de Tulle - et de ses meilleurs ennemis - Raymond-Max Aubert, ancien camarade de promotion à l’ENA et ancien adversaire politique en Corrèze de François Hollande – permettent d’apercevoir le mode de fonctionnement du chef de l’Etat.

Le témoignage de Rachid Kasri, chauffeur du premier secrétaire du Part Socialiste pendant dix ans, est plus anecdotique, mais prend un relief particulier quand on lit combien la discrétion fut pour lui un sacerdoce et lorsqu’on sait que François Hollande vient de le rappeler à ses côtés pour remplacer son chauffeur policier (signe que le président de la République trouve crédibles les rumeurs qui attribuent à Manuel Valls ou à l’ancien ministre de l’Intérieur que fut Nicolas Sarkozy  les fuites à l’origine de « l’affaire Gayet » ?).

L’analyse de l’avocat Jean-Pierre Mignard, un proche de longue date de François Hollande, donne lui, sans le vouloir, un éclairage intéressant sur ce qui se passe en ce moment dans l’intimité de l’Elysée en expliquant combien François Hollande préfère les compromis « utiles et apaisés »  aux décisions tranchées.

A lire : Charles n°8 - Hiver 2014 - en librairie le 8 janvier 2014 ou sur http://boutique.la-tengo.com/

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !