Romain Voog (Amazon France), Paul Hermelin (Cap Gemini) et les tweets du matin : Tout ce qu'il faut retenir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Romain Voog (Amazon France), Paul Hermelin (Cap Gemini) et les tweets du matin : Tout ce qu'il faut retenir
©France Info

Zapping Éco

Romain Voog (Amazon France), Paul Hermelin (Cap Gemini) et les tweets du matin : Tout ce qu'il faut retenir

Le Replay

Romain Voog - Amazon France : "Nous payons nos impôts en France"

Romain Voog était l’invité de France Info. Le président France d’Amazon était interrogé sur le développement de l’entreprise dans l’hexagone. Ce dernier a répondu aux polémiques récentes qui opposent l’entreprise avec l’éditeur Hachette. "Il s’agit d’une discussion commerciale, elle est menée dans l’intérêt des consommateurs afin de s’assurer un juste partage entre auteur, distributeur et éditeur" explique Romain Voog. "La baisse du prix du livre ne va pas tuer la filière, les livres numériques c’est une vraie opportunité pour redynamiser un marché un peu atone en France". Le président France du distributeur en ligne a également répondu à ceux qui lui repproche de ne pas payer ses impôts en France à l’image de l’ex-ministre de la Culture Aurélie Filippetti. "Notre siège social européen est en effet au Luxembourg car la main d’œuvre y est qualifié mais nous payons nos impôts dans tous les pays où nous sommes présents. En France c’est 150 millions d’euros collectés et reversés à l’État". Et de préciser : "Nous allons aussi créer 2500 emplois d’ici la fin de l’année, dont la moitié en CDI".


Qui a dit ?

"Notre système scolaire fabrique beaucoup de start-up"

Réponse : Paul Hermelin sur BFM Business. Le président de Cap Gemini et chef de file du plan "Big Data" pour la nouvelle France industrielle était interrogé sur le développement des entreprises françaises dans les nouvelles technologies. Selon Paul Hermelin, "notre système scolaire fabrique beaucoup de start-up mais les entrepreneurs vendent trop vite. Notre problème actuellement, c’est comment développer une start-up en France et surtout comme ne pas se faire aspirer par un fond d’investissement américain."

Les Tweets :

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !