Eloignement ou discrétion : le 14 juillet verra-t-il le retour médiatique de Valérie Trierweiler ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Eloignement ou discrétion : le 14 juillet verra-t-il le retour médiatique de Valérie Trierweiler ?
©

Come-back !

Eloignement ou discrétion : le 14 juillet verra-t-il le retour médiatique de Valérie Trierweiler ?

Un mois après le fameux tweet qui avait fait scandale en pleine campagne des législatives, Valérie Trierweiler fait son retour sous les projecteurs à l'occasion des cérémonies du 14 Juillet. Telle une vraie Première dame, la compagne de François Hollande assistera au défilé militaire depuis la tribune présidentielle. Son rôle devrait être précisé lors de l'interview du président de la République, en direct sur TF1 et France 2 à 13h15.

Christophe Carron

Christophe Carron

Christophe Carron est journaliste.

Il est le responsable éditorial du site Voici.fr et tient le blog Lowblogging.fr, où il raconte les dessous de la presse people.

Voir la bio »

Atlantico : Depuis le fameux tweet qui avait fait scandale en pleine campagne des législatives, Valérie Trierweiler s'est faite très discrète. Les cérémonies du 14 juillet marquent son retour sur la scène publique. Comment ce come-back va-t-il être orchestré ? 

Christophe Carron : Je pense que ce sera un retour très formel et très protocolaire. Elle tiendra son rôle d'épouse de présidente, même si François Hollande et Valérie Trierweiler ne sont pas mariés.

Comme toutes les compagnes de président avant elle, Valérie Trierweiler sera au côté du chef de l'Etat, mais restera en retrait. Après l'affaire du tweet, nous allons, en quelque sorte, assister à "une normalisation" de la situation. Tout sera calculé. Dans ce genre de cérémonie, il n'y a pas de place pour l'improvisation ou la fantaisie.

Valérie Trierweiler n'était pas présente lors du voyage du président de la République à Londres. D'après la presse britannique, Valérie Trierweiler aurait voulu éviter d'être comparée à Carla Bruni-Sarkozy, dont la rencontre avec la reine avait fait la une...

En réalité, Valérie Trierweiler, qui n'est pas mariée avec François Hollande, ne peut pas rencontrer la reine d'Angleterre, pour des raisons protocolaires. Or, outre sa rencontre avec le Premier ministre David Cameron, François Hollande a eu droit à un tête-à-tête avec Elizabeth II lors de sa visite à Londres.

La visite de Nicolas Sarkozy au Royaume-Uni, un mois seulement après son mariage avec Carla Bruni en 2008, avait fait de cette dernière une première dame remarquée. Mais le couple était marié.

Justement, une rumeur insistante évoque la séparation du couple présidentiel...

François Hollande et Valérie Trierweiler protègent bien leur vie privée. Bien malin celui qui pourra vous assurer que tout va bien ou que tout va mal entre eux.

Le rôle de Valérie Trierweiler devrait être évoqué durant l'interview du président de la République. La Première dame va-t-elle devoir renoncer à son métier de journaliste ?

Sa profession aurait pu représenter un conflit d'intérêt. Mais à partir du moment où Valérie Trierweiler se contente de faire des chroniques littéraires, son métier ne devrait pas poser de problèmes.

Il n' y a pas de règle protocolaire comme lors du 14 juillet. C'est à elle de définir son rôle en fonction de ses envies et de l'image qu'elle pourra renvoyer au public. Désormais, elle va surtout essayer de s'entendre avec François Hollande pour gêner le moins possible sa présidence.

Mais je pense que le modèle Valérie Trierweiler sera assez éloigné du modèle Bernadette Chirac ou Carla Bruni. Elle veut être engagée. Créer un véritable statut de première Dame à l'américaine serait peut-être la solution la plus simple pour ne pas répéter les erreurs qui ont marquées les débuts de la présidence de François Hollande.

Peut-elle redevenir populaire après ses débuts difficiles ?

Bien sûr. D'ailleurs la reconstruction de son image a déjà commencé avec sa visite, mercredi,dans un centre pour enfants handicapés situé dans la région de Calais. Malheureusement pour elle, l'interview de Thomas Hollande est venu enrayer son "opération reconquête". Mais à terme, elle peut se positionner en Première dame à la "Lady Diana", impliquée dans les causes humanitaires.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !