Réforme des statuts de l'UMP : le coup que préparent les sarkozystes en vue de 2017<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Réforme des statuts de l'UMP : le coup que préparent les sarkozystes en vue de 2017
©

Confidentiel

Les amis de Nicolas Sarkozy ont eu une idée pour dégager la voie à l'ancien président de la République.

S’appuyant sur des sondages qui montrent les uns après les autres que Nicolas Sarkozy n’a pas de rival sérieux à droite, le député européen Brice Hortefeux et ses proches ont l’intention de tenter un coup de poker lors de la prochaine réunion sur la réforme des statuts de l’UMP prévue en avril.

Lorsque sera abordée la question de l’organisation des primaires pour la présidentielle de 2017, le président de l’Association des Amis de Nicolas Sarkozy compte, en effet, dégainer au dernier moment un amendement stipulant, en substance, que si un ancien président de la République souhaite se représenter à l’élection présidentielle, il n’aura pas besoin de passer par une primaire mais deviendra le candidat naturel de la droite.

S’il y a peu de chances que les fillonistes laissent passer une telle proposition, on peut s’interroger sur la position de Jean-François Copé. L’actuel président de l’UMP dont le mandat devrait être remis en jeu à l’automne prochain se présente, depuis la crise, comme totalement dévoué à Nicolas Sarkozy.

En même temps, il s’est aussi déclaré très attaché à des primaires ouvertes dans la perspective de la prochaine présidentielle. Pris en tenaille entre sa fidélité à l’ancien chef de l’Etat et son engagement en faveur d’un processus électoral moderne, comment s’en sortira-t-il ? Nicolas Sarkozy qui revient d’un voyage très remarqué en Libye suivra sans doute ce débat interne de près…

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !