Le Ramadan arrêtera-t-il le conflit libyen ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Ramadan
arrêtera-t-il le conflit libyen ?
©

Jeûne

Le Ramadan arrêtera-t-il le conflit libyen ?

Le début du Ramadan ne devrait pas empêcher la poursuite des combats en Libye, mais l'incertitude demeure quant à savoir si les combattants musulmans devront ou non respecter le jeûne. Le président de l'association des imams de France nous livre ses éclaircissements sur la question.

Ahmed Miktar

Ahmed Miktar

Ahmed Miktar est président de l'association des imams de France.

 

Voir la bio »

Atlantico : Les avis des théologiens semblent diverger sur la possibilité pour les combats de se poursuivre pendant le Ramadan en Libye. Qu'en est-il réellement ?

Ahmed Miktar : Sur la question du combat, la guerre est par principe détestable dans l'islam [1] : le combat idées contre idées est bien autorisé, mais seulement en utilisant le Coran, pas la force [2].

Les seules exceptions de violence autorisées par les textes sacrés sont les cas d'autodéfense et de défense des peuples tyrannisés[3] : les musulmans attaqués peuvent donc se défendre, même pendant les quatre mois sacrés (Mouharram, Rajab, Dhou al qi`da et Dhou al-hijja) [4].

Mais, de toute façon, le mois du Ramadan ne fait pas partie de ces mois sacrés : il n'y a donc de toute façon aucun soucis pour que les insurgés libyens combattent la tyrannie pendant cette période.


Qu'en est-il du jeûne ? Certains insurgés veulent l'observer, alors que l'imam de Zenten a indiqué que ce n'était pas nécessaire...

Les combattants ont l'autorisation du Coran de ne pas jeûner [5], au vu de l'extrême difficulté dans laquelle ils se trouvent. Ils devront toutefois rattraper ces jours de jeûne une fois le pays libéré.

Pourquoi certains insurgés ont malgré tout décidé de continuer le combat tout en jeûnant, c'est difficile à dire. L'idéal, c'est d'accepter l'autorisation de Dieu de ne pas jeûner. Après, ils ne commettent bien-sûr aucun pêché en choisissant de la refuser.

La situation est-elle la même pour les partisans de Kadhafi et les rebelles ?

Il faut savoir que le Guide libyen est considéré par une majorité de savants de l'islam comme non-musulman, car son Livre vert renie le Coran, et par là-même Dieu. On ne peut bien-sûr pas en dire autant de tous ses partisans : ceux qui délaissent le Coran ne peuvent certes plus être considérés comme musulmans, et sont donc "exemptés" de Ramadan et de tout autre prescription canoniquement islamique.

Mais ceux qui considèrent leur cause juste en combattant dans les rangs du dictateur, tout en étant sincère envers Dieu, seront donc dans le même cadre que les rebelles. En effet, ce n'est pas parce que les musulmans se font la guerre entre eux que les préceptes canoniques doivent être modifiés.


________________________________________________________________

[1] Verset 216, sourate 2

[2] Verset 53, sourate 25

[3] Versets 39 et 40, sourate 22

[4] Versets 2 et 5, sourate 9

[5] Verset 184, sourate 2

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !