Racisme : il faut que les statues meurent aussi… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Racisme : il faut que les statues meurent aussi…
©JOEL SAGET / AFP

Alerte ironie

Racisme : il faut que les statues meurent aussi…

Car leur présence fait souffrir des populations déjà meurtries par l’oppression blanche.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Aux Etats-Unis, des manifestants viennent de décapiter une statue de Christophe Colomb. Elle salissait, d’après eux, la mémoire de George Floyd. Pourtant le navigateur génois n’était pas un esclavagiste. En 1492, le trafic du bois d’ébène n’était pas encore d’actualité.

La faute de Christophe Colomb c’est d’avoir découvert l’Amérique. Sans lui, pas d’Amérique. Sans l’Amérique, pas de Blancs pour s’y installer. Et sans les Blancs, pas d’esclavage. CQFD. Il s’agit donc d’un crime fondateur et pour toujours inexpiable.

En France, nous avons les mêmes fous furieux. Eux veulent déboulonner la statue de Colbert qui trône au Palais Bourbon. Il est en effet l’auteur du Code Noir qui a gravé dans le marbre les règles de l’esclavage. A Stains, à  la Courneuve, à Aulnay-sous-Bois tout le monde le sait bien sûr. Et cette statue occasionne d’indicibles tourments chez les populations racisées.

Libération s’est penché sur cette brûlante question. Dans un étonnant souci de modération, ce journal ne souhaite pas que la statue de Colbert soit déboulonnée ou brisée. Il faut, dit Libération, apposer sur le monument une explication sur ce qu’était réellement ce ministre de Louis XIV. Les enfants, forcément innocents, des écoles sauront alors à quoi s’en tenir sur cet infâme personnage quand leurs profs les amèneront visiter l’Assemblée nationale.

Mais s’il n’y avait que Colbert… En France s’élèvent des statues de Jules Ferry, le père de l’instruction laïque et obligatoire. Un saint républicain. Mais il convient de rappeler aussi que Jules Ferry fut un chantre flamboyant de la conquête coloniale. Sur ses statues devrait donc figurer l’inscription suivante : « Ferry est un sale type ».

Faisons maintenant un détour par la place Felix Eboué. Cet individu peu recommandable fut fait compagnon de la Libération par de Gaulle qui le nomma gouverneur de l’Afrique occidentale française. Un colonialiste de première. Eboué était un Noir de Cayenne. On laissera les plaques avec son nom en y ajoutant «  suceur de Blancs ».

Un peu plus bas à la porte Dorée en face du Musée de l’immigration, il y a sculpté sur un mur une fresque représentant l’épopée de la colonne Marchand. Marchand avec son casque colonial. Et avec lui des tirailleurs sénégalais, sans doute enrôlés de force. Elle devra être promptement effacée.

Il n’est pas sûr que cela suffise car la France, hélas majoritairement peuplée de Blancs, est intrinsèquement, philosophiquement, ontologiquement raciste. Gros, maigres, de gauche, de droite, racistes, antiracistes, nous sommes tous racistes et nous n’y pouvons rien. Pour que ça change, une solution s’impose.

Faire venir en France des dizaines de millions d’Ivoiriens, de Sénégalais, de Camerounais, de Togolais etc… Ils seront vite majoritaires. Et ce sont les Blancs, marginalisés, qui deviendront à leur tour des « racisés ». Un jour un dealer blanc fuyant des policiers noirs sur son scooter trouvera la mort en se fracassant contre un mur. Et pour le venger nous ferons une émeute.

Ps : Faire tomber des statues c’est bien, brûler des livres c’est mieux. A commencer par le Coran qui fait l’apologie de l’esclavage.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !