Quelle place pour les Gafam dans l'administration Biden ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Nouveau monde
Quelle place pour les Gafam dans l'administration Biden ?
©Brendan Smialowski / AFP

Changement de braquet

Quelle place pour les Gafam dans l'administration Biden ?

Barack Obama entretenait des liens très étroits avec la Silicon Valley. Joe Biden, de son côté, semble vouloir prendre quelques distances avec elle.

Anthony Poncier

Anthony Poncier

Anthony Poncier est Docteur en Histoire, membre du collectif Réenchanter Internet et expert en transformation digitale et en stratégies collaboratives. En cette qualité, il accompagne les entreprises dans la conception de leurs stratégies médias sociaux, ainsi que dans la création de leurs réseaux internes.

Voir la bio »

Atlantico : Barack Obama entretenait des liens très étroits avec la Silicon Valley, Donald Trump lui affichait une certaine défiance. Joe Biden, de son côté, semble vouloir prendre quelques distances avec elle. Quelles en sont les raisons et qu'en est-il réellement ?

Anthony Poncier : Il va y avoir un changement de paradigme entre l’époque Obama et celle du président élu Biden, et encore plus si on la compare à l’administration Trump. Il y a un mouvement mondial important qui dénonce un pouvoir transnational des GAFA. Donald Trump est persuadé que les GAFA sont un repère de dangereux gauchistes, ce qui inclue des Démocrates qui ont tendance à censurer les opinions Républicaines, conservatrices voir Alt-Right. Pour ces raisons-là, Trump considère qu’il est nécessaire de contrôler les GAFA. À l’opposé, nous voyons qu'Eric Schmidt, ancien président de chez Google, a déjà travaillé avec Obama et a depuis dirigé des rapports sur la question de l’innovation et autres problématiques.

Énormément de Démocrates se sont rendus compte que, dans les faits, la façon dont fonctionnent les réseaux sociaux amplifiait les fake news et qu’elle leur permettait de se répandre rapidement. Ils ont donc découvert que les réseaux n’étaient pas vraiment neutres. Si on regarde la campagne d’Obama, il s’est beaucoup servi des réseaux sociaux et avec succès. Si l’on regarde celle de Trump, les réseaux ont amplifié ses discours et la logorrhée alt-righ de la même manière. C’est lors de l’élection de Donald Trump que les Démocrates se sont rendu compte que les réseaux sociaux posaient un problème de démocratie.

Un rapport du "Judiciary Committee" de la chambre des représentants aux Etats-Unis décrypte les positions monopolistiques des GAFA. Joe Biden va-t-il permettre aux autorités américaines de réguler leurs pratiques ?

Pour Joe Biden, la vraie question qui se pose maintenant est de savoir qui a la main sur le Sénat. Pour changer quelque chose comme ça, il faut une loi et cela ne passe pas que par la Chambre des Représentants mais par le Sénat. Là-dessus, les Républicains qui sont dans une optique d’un État moins interventionniste, vont sans doute mettre un frein. Et si Biden n’a pas la majorité au Sénat, ce n’est pas une certitude qu’il puisse faire passer une régulation. Ceux qui sont à la pointe sur ces choses-là sont plutôt des gens comme Bernie Sanders ou la sénatrice Elizabeth Warren. Par défaut, les Républicains vont s’y opposer et il n’est pas sûr que Biden ait les moyens de faire passer quelque chose.

Sur la question de la régulation, il y a une demande des GAFA pour que les contenus soient règlementés car ils veulent suivre la loi pour se dédouaner de toute responsabilité. Sur le démantèlement, si cela aboutit, et cela prendra beaucoup de temps, il ne serait pas étonnant que les GAFA réussissent à pivoter. On voit Apple par exemple qui propose de plus en plus de services et qui est déjà prêt à passer à autre chose.

Est-ce que Biden a les moyens de se fâcher avec les GAFA alors qu'il est empêtré dans une guerre commerciale avec la Chine ?

Oui, il en a les moyens car la question de la Chine est devenue un enjeu de souveraineté numérique et de l’innovation. Trump a commencé à mettre en place des choses sur les semi-conducteurs notamment. Le discours « le Chinois, l’ennemi est en train de prendre la place de leader mondial » a son écho à Washington chez les Démocrates comme chez les Républicains. Ce discours sera moins présent qu’avec Trump mais la ligne adoptée sera la même par Biden et donc complètement différente de celle d’Obama à savoir : taper fort sur la Chine et ne rien laisser passer. Cela va aider les GAFA et ils ne vont pas s’y opposer.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !