Quelle équation entre temps de travail et temps de loisir personnel quotidien adopter pour s’assurer d’être heureux<!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Quelle équation entre temps de travail et temps de loisir personnel quotidien adopter pour s’assurer d’être heureux
©MYCHELE DANIAU / AFP

Dolce vita

Une étude américaine s'est penchée sur le cas de 37575 Américains et en conclut qu'il y a une très nette corrélation entre l'estime que l'on a pour sa qualité de vie et le temps de "loisir" que l'on s'accorde.

Maria Guerci

Maria Guerci

 

Psychologue du travail. Fondatrice du cabinet de conseil "Les mots au travail"

 

Voir la bio »

Atlantico : De nos jours, de nombreuses personnes se plaignent de ne pas avoir de temps pour eux. Une étude américaine s'est penchée sur le cas de 37575 Américains, et en conclut qu'il y a une très nette corrélation entre l'estime qu'on a de sa qualité de vie et le temps de "loisir" qu'on s'accorde. Pourquoi cette question du temps de loisir est importante ?

Maria Guerci : Le temps de loisir nous renvoie à la répartition entre « temps de travail », « temps hors travail » et un « entre deux » qui regroupe les activités non routinières. Une activité s’emboîte à une autre et l’alimente. Mais pour que cet équilibre puisse être assuré, le corps et l’esprit ont besoin d’une quatrième dimension qui est le « temps de loisirs» celui que l’on peut remplir comme bon nous semble. Ce temps est indispensable et nécessaire pour le corps puisqu’il lui permet de se ressourcer physiquement et psychiquement. 

Quels sont les effets négatifs d'une vie faite de trop peu de temps de loisir ? 

Le temps de loisir est un temps pour soi, un temps dédié au ressourcement physique et psychique, un temps pour le développement des interactions sociales hors travail, un temps également pour décanter l’expérience du travail. 

Le temps de loisir est un temps propice pour la réflexion. C’est dans ces moments de disponibilité psychique que les questionnements peuvent ressurgir pour être appréhendés autrement.

Par ailleurs, c’est dans ces moments où l’on a moins d’injonctions, que la créativité ose faire surface. Quand l’on s’ennuie, l’esprit cherche quelque chose de stimulant pour sortir de cet état négatif. C’est dans cette situation que de nouvelles idées émergent.

Lorsque le temps de loisirs diminue drastiquement, la personne fait face comme elle le peut et prend sur ses propres ressources. Parfois, la situation est passagère, le corps peut alors revenir progressivement à son équilibre habituel. Parfois, ce manque de temps libre perdure avec le risque pour la personne de devenir plus vulnérable émotionnellement avec des répercussion sur sa santé.

Cependant, l'étude montre aussi que cette corrélation a des limites. Lesquels sont-ils, et comment les expliquer ?

Paradoxalement, plus de temps de loisir n’équivaut pas forcement à plus de satisfaction dans la vie, parfois trop de temps libre peut même être vécu comme une perte de repaires. En revanche, le sentiment pour la personne de savoir qu’elle peut en disposer, dans un certain cadre, la rassure et contribue à son bien-être.

Dans mon activité d’accompagnement en cabinet « Les Mots au travail », je m’aperçois que le temps de loisir est de plus en plus corrélé avec le sens. Ce temps libre pour être apprécié doit être dirigé vers un but, un but qui fait sens pour la personne. En retour, la personne aura le sentiment que ce temps aura été productif.

Le lieu de travail peut-il être aussi le lieu de développement de ces "temps libres" ? 

Depuis quelques années au sein des entreprises, les effets bénéfiques des temps d’échange, formels et informels, sont de plus en plus encouragés pour diminuer le stress et promouvoir la cohésion d’équipe. 

Les entreprises aménagent des lieux de détente et d’échanges informels pour accroître la sensation de bien être au travail. Elles s’inspirent du modèle des start-ups californiennes, pour créer des lieux conviviaux autour de tables de ping pong, de baby foot…. Les espaces de restaurations collectives sont eux aussi totalement repensés pour créer une atmosphère propice à diminuer la pression que l’environnement professionnel peut créer.

Mais pour être encore plus efficace, cette tendance doit être complétée par un véritable échange collectif sur le « travail ». 

Il s’agit de « groupes d’échanges sur les pratiques professionnelles » qui permettent aux participants de parler de leur métier, de réfléchir sur leurs pratiques, de présenter leurs réussites, d’évoquer leurs difficultés, de dépasser les obstacles et de trouver des solutions tout en créant des liens. 

Combien de temps de loisirs pensez-vous qu'une personne doit s'accorder par semaine, pour éviter un stress trop important, voir un burn out ? 

La notion de « quantité » est une notion subjective. Chaque personne a son seuil d’alerte. Il y a néanmoins des signes avant-coureurs dont il ne faut pas négliger l’importance : fatigue physique et intellectuelle, un état d’émotivité exacerbée, diminution de la concentration, difficultés à prendre des décisions, baisse de motivation, repli sur soi… 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !