Boucherie : quand les prestations d'Amy Winehouse tournaient au massacre | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Usée par la drogue et l'alcool, la chanteuse est morte brutalement le 23 juillet 2011, à Londres, à 27 ans.
Usée par la drogue et l'alcool, la chanteuse est morte brutalement le 23 juillet 2011, à Londres, à 27 ans.
©Reuters

Diva saoûle

Boucherie : quand les prestations d'Amy Winehouse tournaient au massacre

En octobre 2006, la "diva de la soul" se produit, complètement ivre, au Charlotte Church Show. Chas Newkey Burden revient sur cette émission ratée - une parmi tant d'autres - où la chanteuse tient à peine debout et semble avoir du mal à se souvenir des paroles. Extraits de "Amy Winehouse, destin foudroyé" (1/2).

Chas Newkey Burden

Chas Newkey Burden

Chas Newkey Burden est journaliste et écrivain. Il est notamment l'auteur de plusieurs biographies de célébrités, dont celle d'Adele, de Justin Bieber, de Stephenie Meyer ou encore de Michael Jackson.

Voir la bio »

En octobre 2006, Amy Winehouse fait une prestation remarquée au Charlotte Church Show, une émission de Charlotte Church qui a débuté le mois précédent. C'est une grande avancée dans la carrière de la chanteuse galloise, qui a fait une apparition comme invitée et présentatrice dans Have I Got News for You. Sa nouvelle émission mélange invités, sketches comiques et musique. C'est bien sûr dans cette case qu'Amy officie. Amy et Church se sont mises d'accord pour chanter en duo Beat It,de Michael Jackson, en fin d'émission. Mais il apparaît évident qu'Amy n'est pas suffisamment en forme pour chanter. Selon la rumeur, ce jour-là, Amy aurait pris du champagne au petit déjeuner et un cocktail de calmants au déjeuner. « Quand elle est arrivée pour la répétition, elle était saoule, et ne se souvenait plus des paroles, se rappelle Church. Au moment de l'émission, il a fallu faire plusieurs prises. » On est en droit de se demander à quoi ressemblaient les prises rejetées, car la version qui a été diffusée est plutôt chaotique. Amy commence la chanson, mais elle mange ses mots et semble avoir du mal à se souvenir des paroles. Charlotte se met à chanter, mais surveille Amy du coin de l’œil, et son expression trahit un mélange d'inquiétude et de dégoût. Quand c'est à Amy de chanter, Church a un signal secret. « Je lui ai dit que dès que je la touchais, c'était son tour de chanter. Pendant toute la chanson, je lui ai donné des petites tapes dans le dos. »

Au moment d'entamer le refrain ensemble, Amy bouge d'une manière un peu penaude. Au début du deuxième complet, elle a l'air d'avoir retrouvé de l'entrain et d'être plus concentrée, mais quand Church reprend en chantant le vers : « You're playing with your life » (« Tu joues avec ta vie »), elle s'adresse ostensiblement à Amy. Comme en réponse, Amy se trompe totalement dans le dernier vers du deuxième couplet. Le reste de la chanson se passe sans incident, mais les deux chanteuses n'ont plus aucun contact. Cependant, elles se prennent quand même dans les bras à la fin de leur prestation. Amy a presque l'air soulagée que son calvaire soit terminé.

Que Church fasse la morale à Amy après l'émission est un peu hypocrite. Elle s'est elle-même beaucoup étendue sur ses propres habitudes festives, se vantant d'avoir une bonne descente. Même si Church réécrira plus tard l'histoire à sa façon : « J'ai apprécié tous les artistes des dernières émissions, vraiment. Amy Winehouse était sauvage, très différente et très gentille. Elle a été adorable, un vrai petit cœur. » Inviter Amy, à ce moment précis de sa carrière, et l'installer dans un foyer des artistes, endroit réputé pour servir du vin à volonté, pour la faire patienter jusqu'à la fin de l'émission ne pouvait qu'engendrer des catastrophes. De même, le choix de la chanson qui est loin d'exploiter ses nombreuses qualités vocales, Beat It, semble étrange. Est-ce une tentative délibérée de provoquer la polémique et atteindre un public plus large que les 1,9 million de spectateurs habituels de l'émission ?

Si c'est la cas, le moins que l'on puisse dire est que cela a fonctionné. Le Mirror en fait ses gros titres : AMY POIVROTE ! (grâce à un jeu de mots wino-winehouse) « Exclusif : la chanteuse ivre au talk-show de Charlotte Church. » Le Daily Telegraph ajoute qu'Amy « était scandaleuse, mais extraordinaire » et des millions d'autres personnes ont regardé les images de sa prestation sur Internet, où elle est devenue un véritable succès. De nombreux talk-shows et émissions de divertissement tirent ainsi parti de ses apparitions controversées ou alcoolisées. D'Olivier Reed à George Best, en passant par Tara Palmer-Tomkinson, c'est un sujet rebattu. En effet, la compétition dans le monde télévisuel actuel est telle qu'on peut penser que ces émissions n'ont aucune chance de se maintenir sans ce genre d'incident.

_________________________________________________________

Extrait de « Amy Winehouse, destin foudroyé » aux éditions Albin Michel (juin 2012)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !