Quand Madonna emmène la culture basque à la conquête du monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Madonna est très liée avec Marielle et Katia Labèque, deux pianistes basques de renommée internationale.
Madonna est très liée avec Marielle et Katia Labèque, deux pianistes basques de renommée internationale.
©Reuters

Basques do it better

Quand Madonna emmène la culture basque à la conquête du monde

Les vidéos de répétitions de la nouvelle tournée de Madonna montre qu'elle a intégré à ses musiciens un trio de percussionnistes basques, spécialistes de la txalaparta, un instrument traditionnel. Alors que la culture basque n’a pas jamais réellement cherché à s’étendre hors de ses frontières, comment expliquer un tel choix ?

Bixente Barnetche

Bixente Barnetche

Bixente Barnetche est journaliste et écrivain, spécialiste du pays Basque et des nouvelles tendances. Il a co-écrit Bobos de merde (Editions Privé, 2011) et anime le blog du même nom. Il travaille également dans l'agence créative Marcel.

Voir la bio »

Atlantico : Les vidéos de répétitions de la nouvelle tournée de Madonna montrent qu'elle a intégré dans son équipe un trio de musiciens basques, "Kalakan". Pourquoi un tel choix ?

Bixente Barnetche : Madonna est très liée avec Marielle et Katia Labèque, deux pianistes basques de renommée internationale. Elle les considère comme "les meilleurs pianistes du monde" et elles ont passé ensemble des vacances l’été dernier au Pays basque... un événement qui fut assez médiatisé. Les deux sœurs Labèque connaissent elles-mêmes le trio de chanteurs et percussionnistes Kalakan, les seuls musiciens professionnels basques français spécialistes de la txalaparta : elles ont notamment participé à l'enregistrement de leur premier album, et ils ont donné ensemble une trentaine de concerts en reprenant le Boléro de Ravel. C'est donc certainement par ce biais que Madonna a pu les rencontrer, et que la collaboration est née.

Pourtant, les différences sont importantes sur le plan purement musical, avec d’un côté une ambassadrice de la musique pop mondiale qui passe à la radio et de l’autre, un folklore régional pointu. Il s’agit donc d’un mélange original, un "choc des cultures" susceptible de déboucher sur un résultat intéressant.

La culture basque est-elle parvenu à dépasser les frontières du Pays basque ces dernières années ?

Jusqu’à présent, la culture basque n’a pas réellement cherché à s’étendre hors de son espace géographique. En effet, à l’inverse d’autres cultures régionales, la culture basque est caractérisée par la discrétion, voire le secret. Elle ne souhaite donc pas « se vendre », même touristiquement. A part quelques organismes, les Basques n'aiment pas trop promouvoir leur région, ils n'aiment pas trop s'ouvrir, plutôt se refermer.

Il y a cependant une fierté de se retrouver dans les magazines et d’être promut à l’échelle mondiale surtout qu’il s’agit d’une culture qui a tendance à se défendre, en particulier au sujet de sa langue. A l'échelle de l'Europe, c'est aujourd'hui difficile pour les langues régionales, donc cette exposition est une bonne chose.

Il y a des organismes culturels qui investissement des moyens. Car la danse, le chant ou même la langue basque sont en train de se perdre, de moins en moins de gens les pratiquent. Or, si on ne fait rien, la culture basque mourra.

Outre les actions des instituts culturels, y-a t-il également une tentative de métissage de la culture basque avec le reste du monde ?

Alors que la culture bretonne est plus ouverte sur ce sujet, la culture basque y vient plus doucement. Par exemple, l’apprentissage de la danse basque s’effectue tel qu’il se transmet depuis des générations. Cette danse a donc peu évolué car elle ne s’est pas ouverte à d’autres cultures.

Certains groupes vont cependant à la rencontre d’autres cultures européennes de par leurs nombreux voyages, et s’en inspirent. On a aussi eu récemment le spectacle de Jean Nesprias, qui ressemble plus à un véritable ballet qu'à de la danse folklorique. Il y a donc une prise de conscience qui consiste à faire vivre la culture non pas en la transmettant à l’identique, mais en l’ouvrant au monde. Le monde évolue, la culture doit évoluer avec lui : cela peut passer par l'ouverture à d'autres cultures régionales, à l'industrie mainstream et pourquoi pas à une collaboration avec Madonna !

Propos recueillis par Morgan Bourven

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !