Quand Alain Finkielkraut prend parti pour Laurent Wauquiez… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Quand Alain Finkielkraut prend parti pour Laurent Wauquiez…
©

La patrie pour tous

Quand Alain Finkielkraut prend parti pour Laurent Wauquiez…

Il a évoqué le fameux tract " pour que la France reste la France". Non le philosophe n'en a pas été choqué.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Taper sur Finkielkraut est un sport national dont la pratique connait un succès certain. En effet, il est réputé réactionnaire, conservateur, et, pour ne rien arranger, islamophobe. De surcroit – circonstances aggravantes- il siège à l'Académie Française.

Tous les dimanches, il participe à une émission très vivifiante " l'Esprit de l'escalier". Une question lui fut posée :" trouvez –vous scandaleux d'utiliser les mots "Pour que le France reste la France" ? Il n'en a pas été scandalisé rappelant qu'il y avait deux façons d'être français. Par héritage, par naissance, par origine ethnique. Par choix culturel, par amour, par désir.

Et il a cité Montaigne, Proust, Manet, les paysages, le pain, le vin dont l'amour vaut tous les brevets de naturalisation. Rien à voir, n'a-t-il dit, avec "La France aux Français" qui exclut tous ceux qui ne sont pas de souche…

La France a brutalement changé, a-t-il observé. Un livre " La part du ghetto" explique, a-t-il poursuivi, ce qui n'est plus la France. Une graphiste parisienne et son compagnon avaient acheté un petit appartement dans une localité de banlieue. Un jour elle descendit à la boulangerie du coin et demanda un sandwich jambon-beurre. Le boulanger la regarda comme si elle était une extraterrestre. Et Finkielkraut de conclure :" auparavant le sandwich jambon-beurre était un emblème, aujourd'hui c'est un blasphème". Tout était dit. Nombreux sont ceux qui s'interrogent sur la" stratégie" – apparemment suicidaire d'après les sondages  - de Laurent Wauquiez. Et si le patron des LR n'avait pas de "stratégie" mais avant tout des convictions ?

J'ai un point commun avec Alain Finkielkraut : comme lui je suis fils d'immigré. Je suis légitimement fier de mes origines. Contrairement à moi, Laurent Wauquiez n'est pas fils d'immigré. Est-il scandaleux d'être Français de souche ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !