Pudibonds, pudicons ? Facebook en pleine crise de puritanisme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Cette photo du mannequin anorexique aujourd’hui décédée Isabelle Caro a été censurée par Facebook.
Cette photo du mannequin anorexique aujourd’hui décédée Isabelle Caro a été censurée par Facebook.
©DR

Brûlez-les !

Pudibonds, pudicons ? Facebook en pleine crise de puritanisme

Facebook a conquis le monde entier, mais répond aux lois américaines. D'où une conception de la "pornographie" et du politiquement correct qui diffère de la nôtre. Avec sa censure permanente, ses incitations à la délation et sa pudibonderie, Facebook ne va-t-il pas, à terme, nous faire régresser ?

Philippe David

Philippe David

Philippe David est cadre dirigeant, travaillant à l'international.

Il a écrit trois livres politiques : "Il va falloir tout reconstruire", ouvrage qui expliquait le pourquoi du 21 avril,  "Journal intime d'une année de rupture", sorti en 2009 aux éditions de l'Ixcéa, qui retrace les deux premières années de présidence Sarkozy et  "De la rupture aux impostures", Editions du Banc d'Arguin (9 avril 2012). 

Voir la bio »

Si Facebook créait demain une « nationalité » pour tous ses membres, le réseau social serait le troisième « pays » le plus peuplé de la planète après la Chine et l’Inde. Inutile de dire que ce phénomène est exceptionnel dans l’histoire de l’humanité. Facebook, comme tout l’Internet, représente donc une évolution qu’on n’aurait même pas imaginée il y a 30 ans. Cependant, il est des moments où on se pose la question qui fâche : Facebook est-il aussi devenu l’empire de la censure et de la délation ?

Cette question m’est venue à l’esprit après qu’un de mes amis photographe professionnel ait eu son compte supprimé pour avoir mis dans ses albums personnels (que seuls ses amis pouvaient voir) des séries de photos de nu artistique. Son compte fut supprimé pour « diffusion d’images pornographiques ». Comment, alors que cet ami n’avait que des amis qu’il connaissait réellement, a-t-il pu être exclu du réseau ? Il est improbable qu’il ait été victime de délation pour les raisons exposées et on imagine donc que des personnes travaillant pour le réseau social inspectent comme bon leur semble les photos postées sur les albums des membres. Inutile de dire que la méthode est aussi peu courtoise qu’intrusive et qu’elle mériterait quelques explications.

Un autre de mes amis, Jean-Claude Carton, a mis sur son mur cette photo du mannequin anorexique aujourd’hui décédée, Isabelle Caro. Animateur radio connu et reconnu depuis 1985, principalement sur radio Ici & Maintenant, Jean-Claude Carton est, à ma connaissance, le seul animateur capable de réaliser 7 h d'émission nocturne en direct. Il avait connu Isabelle lorsqu’il l’avait reçue en studio il y a quelques années pour une interview  et  une vraie amitié était née entre eux. Cette photo était là pour dénoncer la dictature de la maigreur imposée par certaines agences de mannequinat et, surtout, pour rendre hommage à son amie trop tôt disparue (sa mère terrassée par le chagrin s’est d’ailleurs suicidée peu après).

Patatras, certainement suite à un signalement d’abus, son compte Facebook a été suspendu pour une durée de 30 jours pour « diffusion d’images pornographiques ».

Ceci est incompréhensible puisque la photo n’a absolument rien de pornographique. On y voit juste une femme nue, et encore, sans que les parties intimes de celle-ci apparaissent de quelque manière que ce soit. En quoi la nudité humaine serait-elle si peu naturelle qu’on en arriverait à l’assimiler à de la pornographie ? Tout simplement parce que Facebook a son siège aux USA et que, sur le réseau, ces sont les lois américaines qui s’appliquent. Les USA, pays où l’apparition d’un téton sur une chaîne de télévision cause une affaire d’État (voir le « nipplegate »), mais dans lequel il suffit d’un simple permis de conduire pour acheter un Colt 45…

Comment, alors que Facebook est un réseau mondial, accepter que ce soit les lois américaines qui s’appliquent toujours et partout. En raisonnant par l’absurde, si Facebook avait été un réseau afghan créé avant l’arrivée des Talibans au pouvoir, aurait-on supprimé tous les visages de femmes du réseau après que les Talibans aient rendu la burka obligatoire pour rouvrir leur compte ?

Outre ce retour de la censure et d’une pudibonderie aussi arriérée qu’hypocrite, la question de la délation, qui rappelle l’inquisition et une période plus récente de l’histoire, pose question.

A l’heure où internet a fait tomber bien des frontières et où, grâce à Facebook, on peut avoir des amis qu’on n’a jamais rencontrés sur les cinq continents, on en arrive à se demander si, après avoir été à l’origine d’un « grand bon en avant », Facebook ne serait pas en train de nous faire faire « un grand bond en arrière ».

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !